rock Rock > Dont Look Back

Biographie > ne regarde pas derrière

Dont Look Back, DLB pour aller plus vite et "faire style" qu'on en parle assez souvent pour se permettre ce petit gain de temps... Un quatuor de Valence qui nous sert du post-rock depuis quelques années et qui sera bientôt à maturité... Une démo pour s'échauffer (2000) puis un premier album sorti il y a déjà plusieurs mois Drunk in your arms placent ce groupe avec les grands espoirs de la scène post-rock française si elle existe... Espoirs car Ren (guitare, harmonica), Teut (batterie, samples), Charles (guitare) et Gregg (basse, samples) ont un talent fou qui n'est pas encore exploité à son maximum...
Le groupe sort Brighter fin 2005 chez Noise digger, confirmant qu'il faut compter avec eux !

Dont Look Back / Chronique LP > Brighter

dont_look_back_artwork Après un premier album exclusivement instrumental où, déjà, le groupe faisait preuve d'un talent certain pour concurrencer les cadors de la catégorie post-rock (Godspeed You! Black Emperor et Mogwai en tête), mais avec une production pas encore à la hauteur de ses glorieux aînés, les valentinois de Dont Look Back en remettent une couche avec un deuxième album sobrement intitulé Brighter. Première surprise dès le titre introductif : "Six feet under the ground", la présence du chant qui remplace les quelques samples vocaux de Drunk in your arms. Sans vraiment convaincre. A l'inverse des compositions suivantes : "Remove all trace", "Joyrider" ou "Nothing just happens"... des morceaux post-rock teinté d'éléctro (un peu à la manière des anglais de 65daysofstatic) pour un résultat à fleur de peau, intense et magnétique. Des titres qui révèlent un goût prononcé chez les Dont Look Back pour les atmosphères hypnotiques, presque fantasmagoriques.
Quelques influences néo-classiques, des beats éléctro discrets, des envolées post-rock à la Explosions in the Sky, le groupe mélange les influences et les genres pour mieux qu'elles se fondent dans l'ensemble harmonieux et organique qu'est Brighter. Du post-rock évolutif ou progressif dira-t-on, tant Dont Look Bback transcende les limites du genre en faisant pénétrer l'auditeur dans son univers musical riche, original et d'une profondeur insondable ("Dark mobsoh", "All day long"). Entièrement tourné vers la puissance émotionnelle de sa musique, le groupe livre une musique poétique et sensorielle, fiévreuse et tourmentée. La formation originaire de Valence semble refuser les conventions prédéfinies de tel ou tel style musical, pour mieux les assimiler et les faire imploser, dépassant ainsi largement les sphères du post rock classique pour entrer dans sa propre dimension, fantasmée et onirique. A la fois nébuleux et profond, mystérieux et singulier, Dont Look Back peut rebuter ("Farewell to the bright side"), dérouter ("All day long"), mais jamais le groupe ne s'écarte un iota de sa ligne de conduite : à savoir, livrer une musique subtile, au songwriting raffiné et à la personnalité affirmée ("Ask the dust"). Le tout pour un résultat imprévisible et magistral. Définitivement un "must have", que cela soit dit.

Dont Look Back / Chronique LP > Drunk in your arms

dont look back : drunk in your arms Amateur de Mogwai ? De Godspeed You! Black Emperor ? D'Explosions in the Sky ? De Sweek ? ... Dont Look Back est pour toi. Et si tu débarques d'une autre planète sans connaître aucun des groupes pré-cités, Dont Look Back peut te convenir à condition que tu acceptes de t'abandonner au moins pendant plus d'une heure dans les méandres de leur post-rock (comprendre rock instrumental empli d'émotions) chargé de dialogues de film. Drunk in your arms est une mine d'ambiances apaisantes, de petites trouvailles harmonieuses et de rythmes réfléchis, tous ses titres s'étirent et s'enchaînent comme dans un rêve laissant l'auditeur transi impatient de les découvrir en live. L'album a été enregistré "live" et la technique des musiciens est irréprochable même quand un titre (comme "...And pictures of Jack") dépasse les dix minutes, le seul hic, c'est la qualité de production, le son (surtout celui de la batterie) est trés loin de satisfaire aux exigences du genre... Avec une production et un mixage de niveau supérieur, la galette deviendrait incontournable et mettrait à genoux les plus chauvins des canadiens ou écossais... En effet, c'est parmi la constellation de groupes post rock nord américains qu'il faut aller chercher une grosse influence, les Godspeed You! Black Emperor ont marqué Dont Look Back qui le leur rend bien, les instigateurs de la médiatisation du style devraient apprécier les réponses soniques de la relève. A tous : merci de continuez de me faire vibrer comme cela...