the decline - heroes of empty streets Heroes on empty streets est la suite plus que logique de 12A, calvary road, The Decline! n'ayant pas changé grand chose à sa formule magique pour distiller des titres punks qui alternent le doux ("Someday somehow") et l'agressif ("Joyful thrill") le temps d'un changement de piste. La voix de Kevin, cassée, rauque, usée fait toujours son petit effet et si elle a été comparée à celle de Greg Graffin (Bad Religion), l'ambiance générale et les nombreux choeurs font davantage penser à celle de Al Barr (Dropkick Murphys) sans pour autant dire que The Decline! fasse du punk celtique (et encore moins sa déclinaison française façon Les Ramoneurs de Menhirs). Il est d'ailleurs dommage qu'alors que la basse et les guitares se démènent pour sortir des notes qui font tilt que des choeurs viennent inlassablement brouiller la tonalité ("We love our scars"), en tout cas les titres où ils sont moins nombreux me plaisent davantage (le super rock "Outsiders" ou le cadencé "Limits"). L'ensemble n'en reste pas moins très agréable grâce à la combinaison idéale entre énergie et mélodies, deux constantes chez les Rennais qui attisent la sympathie avec ces nouveaux titres très accrocheurs.