deadsmoke Avec un nom comme celui-là, tu l'as deviné, les Italiens tapent pas dans l'electronica pop. Non là on a affaire au doom le plus buté et le plus réfractaire qui soit. Le plus classique aussi. Tu connais la chanson : riffs cyclopéens, batterie pachydermique, chants incantatoires et ultra réverbérés. Certes ça fait tranquillement son effet chez n'importe quel amateur du genre, d'autant que ça riff de manière honnête. Mais faut admettre aussi que, même pour du doom, ça a sévèrement du mal à décoller. L'ensemble est efficace mais assez uniforme et inexpressif au-delà de la simple menace. Petite lueur d'espoir cependant à l'arrivée du cinquième titre de cet EP de 30 minutes qui finit donc sur une note positive avec un "Night of the vipers" plus épique et fouillé que ces camarades de promo avec quelques sonorités intéressantes et aériennes. Ceci étant dit, si tu cherches une bande son pour lire ton bouquin de Lovecraft, ça fera largement l'affaire.