David Carroll & the migrating fellows David Carroll et ses amis migrants produisent une musique issue du passé mais qui entre en résonance avec l'actualité sur "Nulle part où aller", une sorte de gospel chanté en français qui traite des "migrants", des souffrances de l'errance et du besoin de la chaleur, au moins celle d'un feu de camp... Le français désarçonne quelque peu mais le titre étant assez agréable, on s'y fait vite (idem pour "Du corps / des coups" un peu plus loin), en tout cas, plus vite que pour la reprise de "Parlez-nous à boire" des Frères Balfa (ambassadeur de la musique cadienne). Sur une solide base blues/folk/americana, David Carroll And The Migrating Fellows se sentent pousser des ailes et si l'harmonica était attendu ("Monkey", "Yin & yang blues"...), ils n'hésitent pas à intégrer un saxo ("Even your love can's save me (song for Jyoti)") et même à rapper sur l'excellent "A child is born (Agnes Moore)". Avec des racines aussi solides, le "rock" peut faire germer de nouvelles idées, teintées de modernité et réalisées avec brio, elles renouvellent aussi notre amour pour la musique en général.