rock Rock > Dan San

Biographie > Dan San Suu Kyi

Formation belge appartenant au collectif Jaune Orange (Girls In Hawaii, Hollywood Porn Stars, The Experimental Tropic Blues Band...), Dan San est composé de Thomas Medard (guitare, voix, mandoline, harmonica et percussion), de Jérôme Magnée, (guitare, voix et percussions, banjo, orgue), de Maxime Lhussier (basse, voix et guitare électrique), de Damien Chierici (violon), de Leticia Collet (synthés) et de Benoit Huvelle (batterie). Duo à l'origine, les liégeois ont débuté leur discographie par un EP folk acoustique remarqué intitulé Pillow en 2010. Ils assurent une série de concert incluant des festivals et des premières parties de Beirut et Bat For Lashes puis préparent Domino pendant six mois durant 2011. Ce LP, enregistré au Studio 5 à Liège par Raphaël Wynands et masterisé à l'Exchange à Londres, est sorti au début de l'année 2012.

Dan San / Chronique LP > Domino

Dan San - Domino C'est armé d'un EP titré Pillow que les Belges de Dan San ont fait parler la poudre sur les planches des festivals et autres SMAC belges et françaises lors de sa sortie en 2010. Les sept balles de ce petit disque n'étaient pas assez nombreuses : au début de l'année 2012, Domino devient le premier album de cette formation qui a fait de l'indie-folk son cheval de bataille. Six mois de travail pour en tirer treize titres mettant en exergue la qualité d'un songwriting mature et riche en harmonies. Le label Jaune Orange, (The Experimental Tropic Blues Band, My Little Cheap Dictaphone), a eu bon flair en dénichant ce talent dont les références oscillent, selon les intéressés, entre un Grizzly Bear, un Syd Matters ou encore un Fleet Foxes.

Domino est un programme où l'auditeur butine chaque titre pour recueillir son moment de grâce. Les magnanimes arrangements aidant, Dan San s'est tenu avec soin à conjuguer avec ténacité les consonances de cordes (guitares, basse et violons) guidées par des voix et des chœurs d'une sensibilité poignante et stimulante avec en retrait cette percussion qui résonne plus ou moins discrètement. Pour un premier album, ces Belges mettent la barre haute et semblent avoir déjà compris le concept de la chanson qui vend sa part de rêve : dans la douceur des chants en totale osmose, l'amplitude graduée des accords de guitares qui s'enchevêtrent au son d'un violon mélancolique (parfois un piano, selon l'envie) triomphe.

Dan San ne déguise pas l'exubérance dont il fait preuve par moment. A raison peut-être, le style l'exigeant à coup sûr. A défaut d'être une calotte justifiée justement par ce manque de caractère, de volonté de bigarrer son folk, Domino reste néanmoins une bonne découverte dont nous avons pu constater les effets il y a peu au festival de Dour.