The crumble Factory Si on venait à me demander inopinément le style de pop-rock dont je me sens le plus proche, instinctivement je citerais celui de The Crumble Factory. Bon, je ne vous cache pas que c'est surement parce que le premier album des Toulousains trône sur mon tourne-disque depuis plusieurs mois, mais j'avoue sincèrement que l'écoute de ce disque m'a ramené assez aisément à des formations que j'affectionne pas mal. CQFD. Déjà, les membres de cette troupe toulousaine, qui compte huit personnes quand même, me parlent. Jugez plutôt : Psycho Lemon, un nom pas forcément très connu mais qui est déjà passé entre mes deux oreilles, mais surtout des patronymes plus ronflant : Dionysos, Drive Blind, Tame Impala, Tahiti 80. Ca vous situe un peu le niveau et dans cette "usine du crumble", il y en a pour tous les goûts et plus digestif, tu meurs.

Les activités du label Pop Sisters Records commencent de fort belle manière puisqu'il s'agit là de sa première production. Et quoi de mieux que de commencer par la musique de The Crumble Factory qui prend ses racines assez logiquement dans le rock sixties, entre Californie et Angleterre et notamment dans les productions de Phil Spector (on le présente ?) mais qui explore aussi ce que les années 80-90 nous ont donné de mieux en terme de pop-rock, je pense furtivement aux mélodies de Blur, à la folie des Pixies et à des hommages musicaux inconscients tels que la ritournelle mélodique du légendaire "Instant street" de dEUS que l'on peut entendre sur "Plastic teenage".

Bref, de très bonne références pour des morceaux variant entre ballades contemplatives très réussies ("So high", "Funny", "The wildest flower"), "happy-songs" prenantes ("Not so-happy-story", "The gospel according to Brian") et chansons mid-tempo frémissantes ("London tropical song", "Tell me girl"). Le tout arrangé avec classe de façon à ce que les titres nous pénètrent allègrement. The crumble factory est un disque qui touchera probablement davantage toute cette génération de désormais trentenaire ou de quadra ayant baigné dans cet âge d'or de la culture pop 80-90's.