rock Rock > Calibro 35

Biographie > Le pistolet et la pellicule

Calibro 35, un premier clin d'œil évident au célèbre pistolet qui ne quittait jamais les gangsters des polizieschi et des gialli dans les années 60-70, et un deuxième au format de pellicule sur lequel était développé ces films. Ce groupe italien a justement eu l'idée de remonter le temps en rejouant les fameuses BO qui accompagnaient ces séries B. Les maîtres du genre que sont Morricone, Micalizzi, Bacalov ou Ortolani ont fait leur temps. En 2007, le producteur Tommaso Colliva (Muse, Zeus !, Franz Ferdinand) et le guitariste Massimo Martellotta ont l'ambitieuse idée de reprendre la relève à leur sauce en recrutant le bassiste Luca Cavina, le claviériste Enrico Gabrielli et le batteur Fabio Rondanini. L'aventure Calibro 35 fait son chemin jusqu'à l'arrivée d'un cinquième album en fin d'année dernière, intitulé S.P.A.C.E. et sorti sur le label milanais de funk-soul-afrobeat Records Kicks (Third Coast Kings, Hannah Williams & The Tastemakers, Baby Charles).

Interview : Calibro 35, Interview avec un calibre 35

Calibro 35 / Chronique LP > S.P.A.C.E.

Calibro 35 - SPACE Le nouvel album de Calibro 35 en jette. Ce groupe de funk cinématique, qui puise son inspiration dans l'âge d'or des "colonne sonore" du cinéma italien (des polars italiens aux westerns spaghettis), nous délivre un cocktail sonore rétro-futuriste saisissant où le groove rencontre un psychédélisme très proche des ambiances SF. S.P.A.C.E. - le titre n'est pas volé - est une bande son de film fictif virevoltante, entre des morceaux effarouchant et des pulsions funky dans lesquelles les mélodies se transforment en véritable pépites d'or. Foutrement bien joué par des gars un peu surdoués sur les bords (confirmé en live tout récemment), la musique de Calibro 35 nous procure cette joyeuse sensation passéiste sans pour autant sonner vieux, comme le font aussi, à titre d'exemple, les Américains de The Budos Band et plus généralement tout le travail de Thomas "TNT" Brenneck.

Calibro 35 dégaine son arsenal sonore composé de synthés analogiques, de flûtes, de saxos, de guitares à la fois chaudes et cristallines, de rythmes exécutés tout en finesse et en subtilité et de lignes de basses qui occupent bien le terrain pour semer l'auditeur vers un territoire qui ressemblent à un sensationnel cabinet des curiosités musicales. Sans jeu de mot (quoique), cette phrase en dit long sur ce qui vous attend avec ces 14 titres. Et comme je sais que le lecteur du W-Fenec est un être ouvert avec ses longues oreilles, il ne devrait avoir aucun mal à apprécier objectivement la qualité de ce S.P.A.C.E. entre un disque de métal et de psych-rock.