rock Rock > Brainsucker

Interview : Brainsucker, Juste une mise au point (juin 2015)

Brainsucker / Chronique EP > ep - III -

brainsucker- ep - III - Même si on a découvert et suivi les aventures de Brainsucker au fil de leur collaboration avec Shimstrumental, le groupe existe aussi sans leurs comparses allemands et sortent seuls ces trois titres réunis sous le nom ep - III -. Et ce nom, c'est l'unique trace de manque d'imagination du quatuor toujours aussi à l'aise dans le registre du post-rock bien électrifié. Autoproduit, le groupe s'est aussi auto-enregistré puisque c'est Matthias qui a assuré les prises de son et le côté amateur se ressent sur les parties les plus distordues qui manquent un peu de pêche (un comble à Montreuil). Et comme on connaît déjà deux morceaux ("Born for lullaby (from outer space)" et "Bravery of a horse facing death" qui sont joués en live depuis quelques temps et présents sur leur DVD), on peut rester sur sa faim après "Song for a weeding". L'inédit vaut le détour et nous balade au gré du vent et des notes, un vent qui se transforme en bourrasques et nous balaye jusqu'à un espace plus reposant. Ce nouvel EP sert donc de jonction entre les années Shimstrumental et une suite qu'on espère ne pas attendre trop longtemps...

Brainsucker / Chronique DVD > Live at La Pêche

Brainsucker / Shimstrumental  - Live at La Pêche On t'a déjà parlé de ce projet reliant Brainsucker à Shimstrumental au travers du split On décore le bunker en regardant les étoiles mais pour ceux qui n'ont pas suivi, il est bon de rappeler que si les deux groupes unissent leurs forces, c'est pour honorer le jumelage de leurs villes respectives (Montreuil et Cottbus). Le split CD n'était qu'un début puisque les Franciliens ont invité les Allemands à jouer un concert commun le 24 mai 2013. Bien conscients que ce genre d'événements n'allait pas se reproduire tous les quatre matins, ils ont sorti le grand jeu pour faire en sorte que cette soirée soit inoubliable dans tous les sens du terme.

Inoubliable par la qualité de la prestation proposée aux spectateurs mais aussi inoubliable parce que capté par plusieurs caméras et micros qui ont abouti à la création de ce DVD Live at La Pêche. Le concert dure un peu plus d'une heure et c'est l'essentiel de ce Live at La Pêche assez brut, on a quelques minutes d'images sur la préparation de la soirée et le teaser en "bonus" mais pas plus, la qualité visuelle et sonore est plus que correcte même si les moyens ne sont pas les mêmes que pour filmer un concert de U2... Le but n'est pas non plus de remplir les caisses des groupes mais bien davantage de garder un souvenir de cette date unique. Et pourquoi pas d'en faire profiter ceux qui, comme moi, n'y étaient pas.

C'est Brainsucker qui occupe d'abord seul la scène, leurs titres post-rock ("Born for lullaby (From outer space)", "Bravery of a horse facing death", "Why don't we go to Canterbury") installent une atmosphère plutôt paisible au regard de la suite... Sur scène sont tendues des toiles quasi transparentes sur lesquelles viennent jouer les couleurs et sont projetées des vidéos. Ces rideaux tombent pour "24 hours and maybe another life to get over you" qui marque l'entrée en scène de Shimstrumental mais également d'une créature rampante et colorée qui rappelle les shows d'X-Makeena avec un côté angoissant à la Saw dans le masque et futuro inquiétant à la Tetsuo dans les bandes magnétiques... L'ambiance se charge et change, elle se durcit pour faire de la place au chant, assez particulier des Allemands qui avec "Ewigkeit" puis "Panzer" montrent combien ils apportent de la rugosité vocale à un concert jusque là porté par les instruments. La créature se mue en danseuse option Mime Marceau ("Der letzte weg"), les musiciens se trouvent leurs espaces, se mettent plus ou moins en retrait quand ils ne jouent pas tous ensemble ("Db"). Il faut encore souligner le gros boulot des groupes qui ont mixé leurs univers pour arriver à jouer des titres en commun et faire en sorte que l'amalgame fonctionne.

Personnellement, je préfère Brainsucker à Shimstrumental mais le mélange des deux n'est pas désagréable et pour les deux combos, cette seule soirée est une aventure qui dure bien plus d'une heure et ne s'arrête pas au "Stop" hurlé par le chanteur venu de Cottbus.

Brainsucker / Chronique Split > On décore le bunker en regardant les étoiles

Brainsucker / Shimstrumental - On décore le bunker en regardant les étoiles
Les villes de Montreuil et Cottbus sont jumelées et c'est de là qu'est partie l'idée faire se rencontrer des groupes "locaux". Après la découverte d'accointances et un long travail, les Français post-rockeux décorateurs de Brainsucker se sont unis aux Allemands rock-indus blockhaus de Shimstrumental pour composer et jouer ensemble On décore le bunker en regardant les étoiles. Ce split album combine donc des ambiances aériennes et feutrées (french touch) à des rythmes plus martiaux et un chant guttural (teuton style) et par moment, c'est assez déconcertant. D'autant plus que les titres instrumentaux ("Presumptuous state of mind of the man who believes he is free" déjà présent sur l'album Bra​!​n​/​suc#er ou "24 hours and maybe another life to get over you") sont excellents et tranchent avec un "Panzer" dont le nom dit tout... Ceci dit le mélange fonctionne bien sur la plupart des titres ("Exigkeit", "Der letzte weg", "Winter") et confirme que ce genre de projet un peu fou est à encourager car, dans l'ensemble, il tient la route.