rock Rock > Blur

Biographie > Cult rock

Raconter l'histoire de Blur, ce n'est pas à nous de le refaire, y'a des livres, des sites, des articles, si tu ne connais pas Blur en arrivant ici, c'est que tu débarques de je ne sais où... Désolé, on ne parlera pas trop de Seymour ou des 6 précédents albums, la tâche est trop rude et d'autres s'en sont acquitté de fort belle façon avant nous (notamment la maison de disques (Parlophone/Delabel) qui a édité un superbe presskit)... On rappellera juste que le cultissime "Girls & boys" aura 10 ans l'année prochaine et qu'il ne se passe que très peu de semaines sans que les riffs de "Song 2" ne passent dans nos oreilles...

Blur / Chronique LP > Blur


blur_blur.jpg Après un The great escape au succès retentissant, les Blur auraient pu tomber dans la facilité et sortir un "The great escape-bis", mais c'est sans compter le désir d'évoluer de la part de la bande de Damon Albarn. Souvent marginalisé et déprécié dans la discographie des quatre de Colchester, cet album marque pourtant un tournant vers des sphères peut-être moins rentables sur le plan économique mais bien plus appréciables sur le plan artistique. Blur a en effet été l'opportunité rêvée pour Blur d'arracher toutes les étiquettes qu'on leur a collé ces dernières années en proposant un résultat riche, varié mais également très déstabilisant pour le fan moyen peu habitué à autant d'audace de leur part. L'orientation de leur musique sera donc désormais guidée par ces maîtres-mots : exploration, expérimentation et éclectisme. Pop-rock aérienne et planante sur "Beetlebum" et "Strange from another star", rock alternatif péchu et incitation au pogo sur "Song 2", pop acoustique foutraque et parfois naïve sur "Country sad ballad" et "You're so great", brûlot punk/rock'n'roll digne des Stooges sur "Chinese bombs", pop atmosphérique plombée par un clavier dominateur ( à l'instar des mythiques Doors) sur "Theme from retro » et "Death of a party". Enfin, Blur se clôt sur un "Essex dogs" ambitieux flirtant avec le post-rock : 8 minutes de musique lancinante et répétitive (mais pas ennuyeuse) où la voix de Damon se mêle à une basse vrombissante. Un résultat brumeux à souhait, comme doit l'être probablement leur Essex natal un matin d'automne. Quid du groupe de Park life and co ? S'interroge alors le fan. Surdoué pour brouiller les pistes et déstabiliser les repères de l'auditeur, le combo anglais n'oublie pas pour autant ce qui a fait son succès avec des morceaux pop-rock plus conventionnels mais d'une efficacité redoutable. ("M.O.R" co-composée avec deux illustres inconnus, David Bowie et Brian Eno, sic, "On your own", "Movin'on"). Et le plus étonnant dans tout ça, c'est que le patchwork est d'une cohérence et d'une homogénéité irréprochable. Le passé du groupe ne dénote absolument pas avec ce que sera désormais la musique de Blur : une pop-rock pleine de prise de risques. En cela, les quatre compères font preuve d'un savoir-faire tout-terrain exemplaire. Un album majeur dans la carrière d'un groupe qui l'est tout autant. Un dernier mot sur la pochette : un brancard filant à toute allure vers ce que l'on devine un bloc opératoire. Une vision quasi-prophétique pour un groupe qui est désormais convalescent ?

Blur / Chronique LP > Think Tank

Blur : Think Thank Difficile de lire une chronique de Think tank où on ne parle pas des récents "side-projects" du petit Albarn ou du départ du grand Coxon... Blur a changé, le temps nous dira si cet album était celui d'une rupture, si c'était un album "à part" ou alors que c'est le dernier album de Blur... En tout cas, il en surprendra plus d'un... C'est un melting pop, euh un melting pot de toutes sortes de choses plus ou moins musicales. Blur nous avait habitué aux chansons d'ados, aux balades, aux titres rock "made in UK", là il nous offtre un album "bizarre" mais attachant, à moins de faire un rejet total on se sent proche de Think tank alors qu'il fait tout pour nous déstabiliser. Comme face à un animal indomptable, on pense qu'avec l'expérience passée, ce serait dommage de ne pas retenter le coup ... et si c'était celui-là qui faisait la différence... Nouveau plongeon au fond de Think tank... Pour évacuer tout de suite les Albarneries, on dira juste que sur "Out of time" on retiendra plus les percussions africaines filles de la musique du Mali (ici, elles viennent du Maroc) plus que la guitare lynchéenne, et on dira aussi que de Gorillaz, Blur a gardé quelques touches électroniques, que ce soit la voix électronisée du "Crazy Beat" aux riffs punks ou des détails comme au sein de "Brothers and sisters" dont la tonalité me rappelle aux bons souvenirs de Spor. Ce septième album est essentiellement pop ("Sweet song", "Battery in your leg"), les tempos sont très mesurés, d'ailleurs, seul les rythmes sont mesurés, le chant de Damon prend quelques libertés mais ce n'est rien à côté du rendu général et de la surprise qu'occasionne par exemple l'écoute de "We've got a file on you", une minute de riffs crades pogotant avec des cris d'instruments ou encore ce "Jets" totalement barré, une sorte de miaulements de chat faisant passer le titre de la pop au jazz saxophonisé sur rythme industriel. Un énième brin de folie qui débouche sur "Gene by Gene" : une musique totalement improbable est alors confrontée à une petite mélodie chantée.
Talent ? Folie ? Courage ? Comme c'est écrit dans le livret, Blur n'a peur de rien, ils le prouvent. Pour les suivre, il va falloir s'accrocher... ou leur faire confiance.