Artwork The Black Zombie Procession - Vol.III : The joys of being black at heart Prenez garde, The Black Zombie Procession est de retour ! Alors que le premier album accueillait Sylvain (Second Rate, Generic) au microphone, et que le deuxième opus mi-métal mi-punk comportait dans ses rangs l'excellent Forest (The Pookies, Sons Of Buddha, Napoleon Solo) au chant, voilà que redéboule l'ami Nasty Samy pour de nouvelles aventures encore plus horrifiantes avec pour fidèle compagnon Elie Bats (Hellbats), déjà présent sur un titre du précédent opus. Et les gars ne font décidément pas dans la dentelle, ce n'est rien de le dire.

Vol III the joys of being black at heart, troisième album toujours chez Kicking Records, franchit une nouvelle étape dans la vie du groupe qui semble avoir muté dans une formation crossover, oscillant entre métal et thrash. L'album, composé et enregistré en l'espace de deux ans, est un mix des cultures métal et horrifiques chères à l'ami Nasty, entre ambiances lugubres, thèmes sanglants et rythmes toujours soutenus. L'évolution avec l'album précédent est remarquable, la noirceur se veut plus compacte, la puissance encore plus dévastatrice, et la production toujours aussi mastoc. Les guitares sont surpuissantes, multiples et tranchantes, et le chant d'Elie colle parfaitement aux ambiances posées par les artilleurs musiciens. Affutés d'une rythmique destructrice qui sera emmenée en live par la paire Franz (Nedgeva, Demon Vendetta) / Fre (ex-Jack and the Bearded Fishermen), Sam et Elie peuvent s'en donner à cœur joie pour retourner les tripes, bousculer les esprits et repousser encore plus loin les limites de l'agressivité et de la noirceur. Encore plus violent, toujours plus imprévisible, The Black Zombie Procession n'a jamais aussi bien porté son nom.

À bas les préjugés, au Diable les gimmicks de mauvais goût, The Black Zombie Procession, toujours sur le fil du rasoir, abreuve l'auditeur de sonorités perturbantes et saisissantes, dégoulinant un métal bourré de testostérone aux références horrifiques et maléfiques. Le chant d'Elie, écorché au possible, prend une autre dimension quand il se conjugue aux riffs plombés des guitares de Nasty Samy. Réciter le tracklisting de cet album pour en vanter ses malices et des ambiances sanglantes n'aurait aucun sens, cette bande-son titanesque méritant que l'on s'y plonge sans filet et sans aucune retenue.

Avec ce nouvel album livré dans un boitier DVD, BZP a mis les petits plats dans les grands en proposant, en plus d'un artwork sanglant réalisé par l'illustrateur Justin Osbourne (Municipal Waste) et d'une production dynamique, de nombreux samples de films du (et de) genre slasher, et de multiples bonus disponibles sur la plage multimédia du site internet du groupe (comprenant notamment le clip de "Zoonotic infection" et une interview des protagonistes sur la genèse de ce disque). De quoi mettre en mouvement tous ses sens pour tenter de percer et de pénétrer l'univers fascinant et dangereux de The Black Zombie Procession. Fini de rire, prends ton courage à deux mains et tente l'expérience Vol III the joys of being black at heart, tu en ressortiras grandi. et peut-être un peu plus dérangé que tu ne l'es déjà.