rock Rock > Asian Dub Foundation

Biographie > l'explosion ADF

Asian Dub Foundation c'est d'abord un sound system avec des gamins qui cherchent à bosser sur les musiques. C'est devenue une école et un collectif reconnu dans le monde entier pour son ouverture d'esprit, son engagement civique et la qualité de ses compos. Et si des 3 membres fondateurs (Dr. Das, Master D et Pandit G) il n'en reste que le bassiste (Pandit), l'esprit du groupe monté au début des années 90 est toujours le même. Chandrasonic, Sun-J, Cyber, Aktarv8r, Martin Savale et Al Rumjen l'accompagnent désormais pour faire vivre cette fusion d'idées et d'instruments et un retour très attendu car si Facts and fictions (95), R.A.F.I. (97), Rafi's revenge (98), Community music (2000) et Enemy of the enemy (2003) ont porté le groupe vers les sommets de la reconnaissance et ont fait chauffé les salles, leur dernières apparitions et Tank (2005) avaient laissé une grande partie du public sur sa faim... Avec un titre alléchant, Punkara, Asian Dub Foundation annonce un retour fracassant en 2008, après de nombreux retardements, la bombe explose en Europe à la fin du mois de septembre...

Review Concert : Asian Dub Foundation, ADF aux commandes (déc. 2008)

Asian Dub Foundation / Chronique LP > More signal more noise

Asian Dub Foundation - More signal more noise Etrange idée que celle de sortir un album uniquement au Japon (The signal and the noise en 2013), étrange idée aussi que celle de le retravailler quelque peu pour une sortie européenne sous un autre nom (More signal more noise) deux ans plus tard... Avec Asian Dub Foundation, on peut s'attendre à tout tant il est difficile de suivre ce collectif qui pourrait bien prendre comme surnom le titre de ce premier morceau "Zig zag nation". S'il y a de la guitare et de la batterie sur cet opus, ce n'est pas le point central, le collectif a fait la part belle à la world music d'origine pakistano-indienne avec des instruments aux sonorités orientales, des flûtes, des percussions... le tout mixé avec du dub et de gros passages genre "teuf improvisée dans une étable de Camden". Une fois le nuage de Marie-Jeanne dissipée, il reste un album à la cool, ouvert sur une musique différente sur laquelle il n'est pas évident d'accrocher. En tout cas, chez moi, ça ne fonctionne pas ... à trop avoir ajouté de bruits, j'ai perdu le signal.

Asian Dub Foundation / Chronique LP > Punkara

asians dub foundation : punkara Cet album est excellent. Un point c'est tout. Il est vain de chercher à le comparer à ses illustres prédécesseurs, Asian Dub Foundation est vraiment de retour et c'est tout ce qui compte, oublions la claque qu'on a reçue à la fin des années 90 alors qu'on pensait que la fusion ne pouvait pas nous donner de nouveaux frissons et ne dissertons pas plus sur les époques et les évolutions d'un collectif qui a trop souvent changé de line-up pour rester figer à un moment précis. La nouvelle sauce prend diablement bien et c'est tout ce qui compte. Là, c'est bien simple, des 12 titres (ou 11 si tu n'as pas le bonus "Awake asleep"), il n'y en qu'un seul que je trouve un peu en deça du reste, c'est le "No fun" où chante Iggy Pop avec sa voix particulière qui a du mal à se mêler au son d'ADF, le reste n'est que bonheur. Des rythmes, du groove, des instruments étranges, des mélanges et une putain d'envie de faire la fête avec eux (même si dans les textes, c'est moins la java...).
La musique d'Asian Dub Foundation reste un formidable vecteur d'ondes positives et d'énergie, les percussions et les ambiances nous entraînent dans des mouvements corporels incontrôlés (sur le très dub "Burning fence" ou le souriant bonus "Awake asleep" ), on chante avec eux des refrains, on se retrouve à scander des Ease up, ease up ("Ease up Caesar") ou des Stop the bleding sur le titre éponyme. Pris dans le tourbillon des sonorités orientales ("Speed of light"), on s'essoufle car eux ont du coffre et de la ressource, ne s'offrant un peu de relaxation que sur l'instrumental "Bride of Punkara", un titre qui est tout sauf punk...
Enorme basse, percussions riches, guitares jamaïcaines, textes entêtants, atmosphère enfumée, pas de doute, Punkara renoue avec l'esprit d'Asian Dub Foundation que nous apprécions. Vivement les concerts...