Anti-Flag - The people and the gun The People or the gun, tout un programme rien que dans le titre, que le groupe va décliner ici une grosse demi-heure durant, pour onze titres sans équivoque. Quasiment une profession d'anti-foi invitant à l'insurrection intellectuelle, la guerilla psychologique contre les diktats de la NRA (National Rifles Association, soit le tout puissant lobby prônant la libre-circulation des armes sur le territoire américain) et derrière, l'administration Bush (père et fils) en filigrane, cet album est celui d'un groupe qui, douze ans après ses premiers pas, affiche toujours aussi ouvertement ses opinions politiques. Plus que jamais même.
Radicaux dans l'esprit comme dans la musique à leurs débuts, les Anti-Flag ont peut être adouci l'intensité de leurs diatribes punk-hardcore, ils n'en ont pas moins gardé ici (ou retrouvé c'est selon) le mordant qui faisait toute l'efficacité corrosive d'un Die for the government. Le groupe aspire à la révolte contre toute ou partie du système en place et le fait savoir en balançant directement les uppercuts nerveux à une vitesse assez imparable. Un chant qui semble comme arraché des entrailles, des harangues vindicatives, guitares tendues et tempo élevé de rigueur, Anti-Flag fait ce qu'il sait faire de mieux, soit du punk de rue, taillé au cran d'arrêt et purgé à l'acide. La musique adoucie les moeurs ? Pas ici.
Les gouvernements ont le kärcher (sic), le peuple à des groupes comme Anti-Flag, NOFX et bien évidemment les Rage Against The Machine. Soit autant de formation décidées à faire entendre leur voix à leur manière, peu importe le moyen ou les obstacles qui se dresseront devant eux (censure, pression etc...). Le punk est leur espace de liberté, leurs manifestes discographiques résonnent comme autant d'échos appelant à l'insurrection, pacifiste, mais acharnée. Les Anti-Flag ont parfois lâché un peu de lest au cours de leur carrière, ils reviennent aux fondamentaux de leur oeuvre avec The people and the gun : un disque aux mélodies rageuses et amères, des guitares rageuses, des titres courts et cinglants, old-school mais pas trop. Pas un chef d'oeuvre, mais un bon album de punk engagé et dans la plus pure tradition du genre.