All Them Witches - Sleeping through the war Le magnifique artwork à la sauce surimpressions de plusieurs planches du test de Rorschach donne plusieurs indications sur les inclinaisons de All Them Witches. D'abord, un attrait évident pour le psychédélisme avec des titres assez progressifs et alambiqués ("Internet"), ensuite pour la superposition d'influences, assez marquées mais très bien mixées, du blues, du stoner, du doom, les gars de Nashville piochent des idées là où ça leur plaît et les amalgames pour faire leur truc, même si au final, on a parfois des titres incongrus ("Alabaster" avec une sorte de spoken word posé sur une ambiance très seventies). La tonalité d'ensemble joue au yoyo en mode ralenti entre une pop sludgée capable de s'exciter ("Bulls", "3-5-7") et un doom bluesy qui rappelle Jon Spencer Blues Explosion quand le chant est filtré ("Don't bring me coffee"). Sleeping through the war est déjà le quatrième album de All Them Witches depuis 2012, preuve que le groupe a de nombreuses idées à exploiter et qu'il n'est pas trop regardant sur la cohésion de l'ensemble qui passe donc essentiellement par le son des guitares et de la basse.