rock Rock > Alabasterds

Alabasterds / Chronique EP > Dumb music for hipsters

Alabasterds - Dumb music Alabasterds, à ne pas confondre avec Alabastards avec des bouts de Neige Morte, revient avec un EP 5 titres vraiment rafraîchissant. Ces mecs ont beau avoir un peu plus de la vingtaine, ils ont pourtant des références de quadra et offrent avec Dumb music for hipsters (j'en suis un, tu en es un, eux aussi, t'inquiètes, on est entre nous...) un joli pont entre Nirvana, McLusky et des références rock plus calibrées. Parcourir cet EP est d'emblée très jouissif avec le titre "Soma" : une petite décharge punk-rock avec une basse bien en avant, un chant cobainien, un sens du riff efficace et une urgence qui fait instantanément plaisir. L'urgence, c'est aussi ce que l'on retrouve chez "Hostile machine" et la plupart des titres de ce Dumb music for hipsters. En tout bon chroniqueur étroit d'esprit, j'ai évidemment tiqué sur l'introduction de "Rollercoaster" en mode ska-punk No fx mais le groupe arrive à pervertir le style pour en faire un morceau qui pourrait plaire même aux non-fans du genre et il se pourrait bien qu'avec le temps et les écoutes, le titre devienne un des sommets de cet EP sacrément bien troussé. En plus, ces petits gars sont sacrément bons en live. Tu attends quoi ?

Alabasterds / Chronique EP > Alabasterds

Alabasterds Alabasterds est un tout jeune groupe lillois constitué notamment avec un ex-Wes Waltz (R.I.P). Ils ont débarqué il y a quelques mois avec un EP 5 titres dont la maîtrise du sujet fait plaisir à entendre. Et le sujet bah c'est un mélange de grunge, de stoner et de punk. Pour le meilleur et uniquement le meilleur.

Dès le premier titre, le groupe propose du tube en puissance avec "No way !" : le chant mériterait à gagner en puissance et en personnalité mais il s'agit bien là d'une petite bombinette percutante dotée d'un refrain scotchant. L'EP se poursuit sur les chapeaux de roues avec "Blowjobs and flowers" (quel programme !) : le riff nous fait irrémédiablement penser à "Lagrange" de ZZ Top puis les musiciens nous embarquent dans une cavale punk jouissive digne des Bad Brains, un revirement de situation que l'on n'attendait vraiment pas et qui fait par conséquent plaisir à entendre. Le mid-tempo est aussi à l'honneur avec "Dr Troy's paper bag", un titre qui semble tout droit sorti du Seattle des années 90's tandis que c'est plutôt vers Kyuss que lorgne "Highway 1" et sa basse vrombissante. L'EP se clôt sur "Stoned", un morceau étiré et épique dans la grande tradition du stoner mais qui finalement s'avère beaucoup moins convaincant que les premières pistes malgré des idées intéressantes. Alabasterds reste néanmoins très prometteur et on attend la suite des festivités avec impatience.