metal Métal > Welfare

Biographie > farewell ?

Welfare, le bien-être musical ? Certainement le leur et on l'espère, bientôt le tien. Quatre titres qui te laissent sur ta faim mais qui impressionnent, tant au niveau conceptuel (très jolie pochette) que musical pour ce jeune groupe de la région parisienne. Ce combo original détonne par rapport au "néo-metal" traditionnel. De la chaleur et des sons fouillés dans les oreilles, ces cinq garçons (Etienne au chant, Mathieu et Hakim aux guitares, Jérémie à la basse et Vincent à la batterie) nous font vraiment du bien avec ces teintes sombres, un rock noir et dur, suivi d'un grain de mélancolie presque pop, petite touche perso qui relève le tout. Etonnement quant à la voix d'Etienne, à la fois douce et mélodique sur les chants clairs, presque trop sucrée puis soudainement agressive, donnant raison à leur légère base métal qui se ressent sur chaque compo, notamment à la rythmique. Welfare alterne les riff neo et pop/rock dans une fluidité qui te laisse ...admiratif. Enregistré par Franois Caste, au studio MiseRecords en août 20001 et sorti en novembre 2001, leur premier maxi Faits divers résume bien leur multiplicité rockS, inclassable ... sans être trop loin de Nihil ou Embodiment mais tout en étant différents...

Welfare / Chronique EP > Faits divers

welfare : faits divers "Comme dans un rêve", peut-être le titre le plus significatif de cette ambiance "comateuse" qui nous entraîne loin dans notre imaginaire, de réveils en sursauts on se replie doucement sur soi : "les souvenirs s'entassent, m'enlacent, et laissent place a des regrets". On regarde à l'intérieur de soi, on se laisse aller, on s'oublie en ne sachant pas comment se reprendre..."quand vais-je me réveiller ?". Sûrement pas avec "Fée d'hiver" une intro suave nous retient, "combien de temps vais-je rester ainsi ?", sans que l'on n'y puisse rien. La présence des guitares de Mathieu et Hakim permettent l'efficace dosage d'une puissance hargneuse et de riffs clairs, dégagés, aérant l'ensemble. "Avant de garnir les faits divers j'espère trouver ma fée d'hiver". Peut-être que Welfare est la réponse ? Quoiqu'il en soit on retourne dans les ambiances symptomatiques de Welfare avec un métal langoureux dans "L'ultime potion". A noter, les prouesses de la rythmique avec la basse de Jérémie et la batterie de Vincent sur ces quatre titres qui allient grosse frappe et s'effacent aux sons lancinants des guitares. Des passages aux couleurs pastels calment le jeu avant de relancer vers une tonalité beaucoup plus criarde et tapageuse. Signaux d'alarmes, riff néo métal, sur "Prions[s]" la voix reste très en avant, saccadée, ce qui en dérangera peut-être certains. Elle alterne avec les couplets, très épurés parfois mais le thème principal revient laissant la part belle aux grattes et à la basse pour un dernier sursaut avant de retomber. Ca y est on attend la suite, plus et plus fort !!! Welfare s'investit dans un rock-paradoxe, à la fois léger et tortueux qui ne néglige pas les montées en puissances d'un métal quelque peu chaloupé, un brin d'innovation pour notre jeune scène française. C'est tout à leur honneur et c'est bien ce qui m'a poussé à te les faire découvrir...