metal Métal > The Walrus Resists

Biographie > La résistance du morse

S'attaquer à une biographie, même courte, de The Walrus Resists est un peu complexe, tant le groupe a changé de line-up depuis un peu plus de 10 ans... On va résumer en une histoire de potes qui sont au collège ensemble et qui s'amusent avec leurs instruments avant de franchir le pas d'être un vrai groupe, de devoir trouver un vrai nom, ce sera "morse" en anglais surtout parce que ça sonne bien quand on rajoute le côté résistant cher à Sepultura. Première démo (2006), premiers concerts, enregistrement plus sérieux d'un EP (Ysaereh en 2008) semblent appartenir à une autre époque aujourd'hui. Tout comme ce premier opus Staring from the abyss qui paraît en 2009 et permet d'enchaîner les dates. Weaksaw, Ultra Vomit, Nephalokia, Mindlag Project, Gravity, Betraying The Martyrs, Hypno5e, Lessen, Psygnosis, Dwail et de nombreux autres croisent la route des Montpelliérains qui, ralentis par d'éternels mouvements internes, attendent 2016 pour nous livrer The face of heaven. Tobby (chant), Kam et Clément (guitares), Den (basse) et Richy (batterie) ont autoproduit cet album et sont alors au meilleur de leur forme, bien mis en valeur par le mixage de leur pote Alex (guitariste de Gravity) et le mastering de Brett du Tower Studio (Megadeth, Hypno5e, Devin Townsend Project...).

The Walrus Resists / Chronique LP > The face of heaven

The Walrus Resists Si les adjectifs Thrash/Death sont les plus souvent mis en avant, The Walrus Resists touche un peu à tout et n'a peur de rien, surtout pas des comparaisons car ils osent s'aventurer dans des plans que des grands noms ont l'habitude d'échafauder (en gros, on va de Gojira pour citer ceux qui sont devenus la référence en France et même un peu ailleurs à Tool, oui, carrément pour certaines parties instrumentales). Avec ces deux autres groupes, tu auras compris que l'expérience The Walrus Resists est exigeante ! Il ne s'agit pas uniquement d'envoyer du gros riff et de beugler dans le micro, les Languedociens la jouent aussi ultra technique, construisent des morceaux sacrément bien réfléchis et détendent les atmosphères avec un petit chant clair qui fait de temps à autre des apparitions divines. Cela permet à The face of heaven qui est plutôt long (11 vrais titres, une intro et un interlude) de tenir sur la distance, de ne jamais tomber dans la routine et de satisfaire autant les amateurs de violence métallique abrasive que certains esthètes appréciant une beauté tranchante comme la technicité au service de l'oeuvre.

Avec ce métal très ouvert et qui ne se ferme aucune porte, explorant toutes les voies avec talent, The Walrus Resists impressionne. The face of heaven n'était pas spécialement attendu mais force est de constater que l'opus se place d'ores et déjà comme une des meilleures surprises de 2016. Bravo les gars !