Volker - Volker Quand Jenny quitte Noein en 2014, elle ne met que quelques mois à trouver un nouveau groupe pour exprimer sa rage : Volker. Ce dernier apparaît même comme un "super combo" puisqu'il compte dans ses rangs U.W à la guitare (ex-Regarde Les Hommes Tomber et Otargos) et la session rythmique d'Otargos (à la manoeuvre aussi dans Demented). Côté composition, technicité et expérience, Volker part donc avec une belle avance sur n'importe quel "nouveau groupe". Restait à se forger une identité et en à peine 3 titres (et une dizaine de minutes), c'est chose faite avec cet EP rageur où la voix de Jenny joue autant sur la délicatesse susurrée que sur la hargne growlée, histoire d'être au diapason des riffs qui tombent tout autour d'elles, plombés ou nerveux, entre rock burné (à la L7 chargé en testostérone sur "Bitch") et post métal sombre voire inquiétant ("Pavor nocturnus"). Difficile à cerner tant on n'est pas habitué au genre, Volker se fait donc rapidement une identité et la qualité de ses membres fait le reste : les titres s'amusent autant des rythmes que des sons pour créer différentes ambiances généralement malsaines. Le groupe bosse déjà sur son premier album, on a hâte.