metal Métal > Vesperine

Biographie > Rien à voir avec Vespertine

Dans les années 2000, Rémi (chanteur), Pierre (guitariste) et Aurélien (batteur) jouent ensemble au sein de Capsule ODC, leur rap métal fait du bruit dans la région lyonnaise mais ce qui nous intéresse aujourd'hui, c'est la suite qu'ils donnent à cette aventure à partir de 2011 et qui prend le nom de Vesperine. Ils sortent une première démo (2 titres) en 2013, changent quelque peu leur line-up avec les arrivées de Jéremy (bassiste) en 2013 puis de Loïc (guitariste) en 2014. Aguerris sur scène aux côtés d'Asidefromaday ou Impure Wilhelmina, c'est avec l'aide de ses fans que le quintet enregistre les trois titres de Parmi les autres qui n'est pas vraiment un EP puisqu'il atteint presque la demie-heure de musique... Produit par Fabrice Boy (Stereotypical Working Class, Young Cardinals, Lodz...) au printemps 2015, cet album à l'artwork lumineux (vraiment très classe) sort le 21 septembre chez Send The Wood Music.

Interview : Vesperine, Vesperin'terview (nov. 2015)

Vesperine / Chronique LP > Parmi les autres

Vesperine - Parmi les autres Vesperine commence par la "Fin" et donc avec un petit peu d'humour, alors que ces textes sont assez sérieux et pessimistes, en français (et plutôt audibles pour du post hardcore), ils sont bien écrits et valent la lecture (en voilà d'ailleurs quelques lignes Se ranger derrière la même cause / Se ranger dans la même case / Et perdre l'envie / De connaître autre chose / Ainsi l'esprit s'élève s'il ose se délivrer des vertiges de la pensée close). Ces paroles ne sont pas assez souvent mélodieuses (dommage car le chant clair semble plus naturel que sa version lourde), elles servent surtout à tendre et alourdir une atmosphère pourtant déjà bien saturée en stress métallique. Parce qu'avec des morceaux étendus entre 7 et 12 minutes, les Lyonnais ont le temps de faire monter la pression et ainsi de faire honneur à un de leurs groupes favoris (Cult of Luna). Les ambiances inquiétantes passent aussi par un riffing entêtant (celui au coeur de "Le métamorphe") et la menace omniprésente de se prendre un mur de son sur la tronche. Tel un ciel noirci par un orage en formation, Vesperine installe un sentiment permanent d'anxiété puisque l'on sait que cela va finir par craquer sous le poids de ce climat lourd et malsain.

La vague de couleur du superbe artwork (signé Corto Rudant) et ce sublime bleu du disque risquent de t'emporter si tu te lances dans l'écoute de Parmi les autres, le noir si présent n'est pas une fatalité, la lutte avec la lumière risque d'être sauvage et peu importe qui sort vainqueur car c'est ce combat infini qu'on écoute avec délice.