metal Métal > Useless Concept

Biographie > Useless Concept

Useless Concept n'a en effet pas besoin d'un concept falacieux pour justifier de son existence, sa musique lui suffisant amplement. Jouant ensemble depuis plus de 10 ans, Daniel Uljasz et Rudy Puzin forment la base rythmique inséparable et solide du groupe. Influencé par le métal, le jazz-rock et le rock progressif, ce noyau dur commence à créer un répertoire instrumental original. Plusieurs guitaristes se succèdent jusqu'à l'arrivée de Christophe Dauptain en 1998, qui les convint d'incorporer du chant à leur univers, c'est alors que Bertrand Tinguely entre en scène.
Le groupe se situe entre Tool et Dream Theater, tout en étant totalement différent, Useless Concept possédant un son et un style qui lui est propre, une écoute de Somewhere else suffira pour s'en convaincre.

Useless Concept / Chronique LP > Somewhere else

Useless Concept : Somewhere Else Somewhere else déroule des tapis de mélodies, des draperies entières d'une basse volubile, le tout avec un chant chatoyant, "Illusive horizon" l'illustre à merveille, une intro tout en arpèges claquants, des choeurs chuchotés, une guitare qui se fait discrète, avançant en catimini, pour surgir toutes griffes dehors avec une grâce féline, sur un refrain qui se situe autre part.
Useless Concept manie le métal avec subtilité et maturité, les premières mesures de "Lost" suffisent pour s'en convaincre, des guitares incisives, une basse prédatrice, mais des choeurs et un chant de velours, l'ensemble s'équilibre plutôt bien et le palm-muting du titre fait ressortir ses aspérités. La basse de Rudy fait merveille, notamment sur "Rearview Error" dont l'avalanche de tapping propulse l'entrée en matière, ou les accords de "Inner sorrow" qui ferait tiquer Stanley Clarke.
Au-delà des rivages métalliques, Useless Concept lorgne sporadiquement côté folkorique avec un "Cursed" acoustique qui évite le naufrage, malgré les tambourins... "Keep Out" continue dans cette voie mélancolique, presque dépressive, une guitare intervenant par touches de lumière, un refrain simple et direct, contrastant avec la mélopée qui s'insinue au sein du quatuor.
Directement en opposition avec "Waydown to nowhere", "... To another aim" prend l'autoroute et brûle le macadam avec avidité, basse grondante, guitares jouant le côté massif, comme sur "Conflict" où elles intéragissent violemment un slap de basse, un chant qui s'énerve, qui part en un crescendo sulfureux. Somewhere else recueille des titres dynamiques et puissant aux côtés de titres plus introspectifs et mélancoliques, mettant Useless Concept et son talent en avant, à travers notamment des mélodies fulmineuses et des atmosphères denses.