metal Métal > Twage

Biographie > Le centième est Twage ?

Twage est un quintet francilien qui s'est formé en 2002 et s'est rapidement acoquiné avec Enhancer... C'est d'ailleurs EDA qui masterise leur première démo qui paraît en 2005 et s'écoule à 500 exemplaires à force de concerts. Aidés par plusieurs structures (et notamment leur département du Val d'Oise), Pitt (chant), Knäky et Ephere (guitares), Julien (basse) et Olivier (batterie) s'investissent dans un nouvel EP (éponyme) qu'ils enregistrent et font mixer par Sylvain Biguet (Leto, Klone, Down To Earth, Parween, Hard Off Hearing, Mel Team Plugs...) aux Studios Nowhere puis font masteriser par une autre référence, en l'occurence Jean-Pierre Bouquet (Masnada, X-Vision, Monsieur Z, Nedgeva, Le Noyau Dur...) à l'Autre Studio. Ce nouveau 5 titres Twage en poche, ils retournent (sur) les scènes et croisent du beau monde (Mass Hysteria, Enhancer, MyPolluX, Devianz, Zuul Fx, Ed-Äke...) avant de retourner en studio pour un premier album qui devrait sortir en 2009.

Twage / Chronique EP > Twage

Twage EP Du métal chanté en français avec du gros son et des mélodies ? Selon la production et surtout l'attitude des zicos, on peut très bien se retrouver avec Vegastar comme avec Unswabbed... Et vu que ceux qui ont choisi la facilité se font plus de thunes que ceux qui cherchent à être créatifs, on peut craindre que certains groupes ne suivent un mauvais exemple... Avec ce premier EP très sérieux (après une démo) Twage navigue un peu à vue entre ces deux eaux... Les eaux troubles de la tentation de lécher le cul d'un label aux dents longues pour passer à la radio (quitte à faire une croix sur des textes intéressants et un son abrasif) et les eaux indomptables de la débrouille, des concerts à l'arrache et du régime "pâtes" pour payer le studio...
Loin de quelques miévreries post-adolescentes, Twage attaque sa présentation sonore avec "Guerre sainte", tout un programme et un texte contre les extrémistes où le groupe se place en victime face à ses "ils" (que certains pourraient récupérer...) mais je retiens surtout les (...) qui nous condamne assénés avec une rage puissante. Les sentiments personnels et les textes écrits sur un coin de table au lycée n'arrivent qu'après ("Luxure et excès") mais les guitares et les rythmes font qu'on ne se focalise pas sur les paroles. Il en va de même pour "Pardonne moi" joué en partie à l'acoustique et qui s'énerve "doucement" et au bon moment, au final c'est peut-être le titre le plus couillu car pas forcément le plus évident à placer au milieu des 4 autres électrisés. Petite faute de goût avec le début de "A force de" et ses riffs évidents (mais accrocheur) et sa construction radiophoniquement correcte qui sonne un peu trop Vegastar, le final, plus brutal, évite un nouvel orage de critiques... Guitares tranchantes et chant plus varié sur "Respire", ça hache menu, ça taillade pas mal et même si certains passages sont un peu poussifs (quand ça se ralentit), ça reste du lourd.
Gros bonus sur cet EP, une partie multimedia avec une petite vidéo pour découvrir le groupe dans leur local ("Twage army"), un titre en vidéo live ("A force de "), un "teaser" vidéo pour de nouveau présenter le groupe (montage de photos et d'images live), des photos live (pas toutes réussies...) et d'autres posées, les liens vers leurs webs et des goodies pour les ultra fans (fonds d'écran, logos, bannières, affiches et même des habillages MySpace !).
Twage n'a rien inventé mais joue plutôt bien avec les mélodies et le son gras, cet EP est très solide, reste à voir ce qu'ils (en) feront dans un avenir proche...