metal Métal > Times of Grace

Biographie > It's time for Grace

Né en 2007 sous l'impulsion d'Adam Dutkiewicz, guitariste de Killswitch Engage du côté de Southampton dans le Maryland (la ville américaine donc, pas l'autre...), Times of Grace est un duo metalcore mélodique associant celui-ci à son ex-compère de KSE, Jesse Leach, également connu pour avoir été le frontman de Seemless et The Empire Shall Fall. Longtemps occupés par leurs projets "principaux" respectifs, les deux compères prennent leur temps et finalement ce n'est qu'en 2009 qu'ils commencent à enregistrer leur premier album sous le patronyme de Times of Grace. Un travail qui sera peaufiné courant 2010 avant une sortie aux premières lueurs de 2011 chez la mini-major rock/metal Roadrunner Records. Le titre : The hymn of a broken man.

Times of Grace / Chronique LP > The hymn of a broken man

Times of Grace - The hymn of a broken man Deux ans qu'il était attendu celui-là. Faut dire aussi que l'association d'Adam Dutkiewicz, sans doute le plus doué de la bande Killswitch Engage, et du toujours excellent Jesse Leach (Seemless, The Empire Shall Fall), par ailleurs lui-même ex-KSE, forcément ça donnait plutôt envie. Mais cette fois, pas de report de dernière minute, c'est la bonne, Roadrunner s'étant entre-temps chargé de leur cas, The hymn a the broken man peut enfin débarquer sur la platine. Et dès la mise à feu, le duo frappe très fort avec un "Strength in numbers" tout en explosivité groove-metal qui tamponne, riffs de tueurs et double chant bien mis en avant, refrains écimés au cran d'arrêt, une efficacité redoutable et une production irréprochable. Rien à redire sur le fond comme la forme, ça donne un single des plus efficaces. On enchaîne avec "Fight for life" et son mix néo-metalcore à la fois viril et ultra-mélodique, un "hymne" taillé pour le live et qui finit de mettre sur orbite un album qui après deux titres, confirme tout le bien que l'on pouvait penser de la paire Dutkiewicz/Leach.

Le savoir-faire est là et en plus, les gaziers ont bien bossé leur affaire, du coup, pour un "Willing" un peu mou du genou, ils envoient un "Where the spirit leads" en forme de ballade bien testostéronée nous exploser le carafon façon sport. Et le duo d'enchaîner avec "Until the end of days", toujours appuyé par une paire guitare/batterie syncopée et plutôt originale dans son approche artistique alternant rock radiophonique (on exagère) et metal power-burné, chant clair passe-partout et hurlements ravageurs. Times of Grace joue du reste sur cette dualité permanente pour proposer un album, certes pas exempts de défauts (notamment sur le poussif "Live in love" [note de l'auteur : déjà le titre...] ou l'interlude "In the arms of mercy" clairement too much...), mais solide et clairement bien foutu, à l'image de l'éponyme "Hymn of a broken man" ou du sauvage "Hope remains". Entre-temps, on a droit à une ballade folk ("The forgotten one"), histoire de respirer un peu avant de s'en remettre une couche avec "The end of eternity" émo/nu-metal/hardcore puis le charpenté "Worlds apart"... avant d'en finir sur le très beau "Fall from grace". Une ultime bonne note pour un album, plutôt très réussi et en tous cas, largement à la hauteur des attentes suscitées. On valide.