Time Will Tell - The Last Circle Ska-core cuivré ou hardcore punk noisy, les Haut-Savoyards de Time Will Tell n'arrivaient vraisemblablement pas à se mettre d'accord sur l'étiquette musicale à adopter. Alors pour faire plaisir à ceux qui trouvent une quelconque excitation à ranger un groupe dans une case prédéfinie, le groupe a pris les deux. Ben tiens ! Résultat du bordel : The last chance, soit 8 titres et quelques 26 minutes 30 rangés dans un digipak au visuel étudié et au rendu peu commun. Enfin sur la forme. Pour faire court, TWT, c'est un vigoureux mélange de ska-punk bodybuildé et de hardcore noise bien senti. Soit des titres furibards de la trempe de "Beer" ou "Fire" expédiés à l'énergie et à coup de rythmiques farouchement punkoïdes, dopées par des lignes de guitares cinglantes et un duo saxo-trompette à la limite de l'implosion. Certes, tous ne sortent pas du lot et malgré son concept original, Time Will Tell a parfois du mal à inventer quelque chose qui ne soit pas du "archi vu et entendu par ailleurs". Mais en l'état, les natifs d'Annemasse y vont gaiment ("Precarity boy") et ne font pas semblant. Skapunk : Un peu. Hardcore noisy : pas mal. Mélodique : si peu... Mais braillard : assurément. TWT est de ces groupes qui ne font pas de la musique pour la gloire, encore moins pour l'argent, mais qui voient ça comme un gigantesque défouloir dans lequel ils n'auraient plus rien d'autre à canaliser que leur envie d'en découvre. D'ailleurs le résultat final ne révolutionnera certainement pas la scène punk hexagonale, par contre, en live on se dit que tout ça doit être quand même valoir le coup d'oeil. Et même un peu plus.