metal Métal > Time For Energy

Biographie > L'heure de l'énergie

"Brutal rock", c'est ainsi que présente sa musique Time For Energy, comme ils mélangent pas mal de chose, c'est assez difficile de les étiqueter mais "brutal" ne leur va pas forcément car ils s'efforcent tout de même de balancer quelques mélodies percutantes. Ce qui m'apparaît certains, c'est que les Nantais sont plus métal que rock. S'ils fêtent leurs 10 ans d'existence en 2017, ils ne sortent que leur premier album au titre pas forcément évocateur de leurs qualités : Gang of losers. S'il a fallu du temps, c'est que le groupe a voulu faire les choses dans l'ordre en sortant un EP éponyme en 2012 puis un nouvel EP en 2015 (Waterfall) avec bien entendu le supplément "changement de batteur / changement de bassiste". Le temps de consolider le line-up (Antonin au chant, Julien à la guitare, Tao à la batterie, Yox à la basse), ils sont allés enregistrer avec Arthur Lauth (Justin(e), One Thousand Directions, ...) ce jolie premier album autoproduit.

Time For Energy / Chronique LP > Gang of losers

Time For Energy - Gang of losers S'il est difficile de ranger Time For Energy dans une case, il n'est pas difficile de dire qu'ils n'ont pas volé leur nom ! Le groupe déborde d'énergie et évolue dans un rock métal entre métalcore et post-math quelque chose qui tabasse avec technique et classe. Ultra à l'aise dans tous les compartiments de leur jeu, les Nantais ne déjouent jamais et réussissent à plaire dans tous les registres abordés là où certains passent immédiatement pour des surfeurs de tendances, eux arrivent à rendre naturelles toutes les incartades, enchaînant des riffs parfois hautement techniques à d'autres plus stoner sans sourciller. Et comme le tout est emballé dans un même son bien distordu et tressé avec comme fil conducteur un chant identifiable (et toujours juste, là encore, c'est pas toujours le cas quand certains changent de registre), on se laisse embarquer dans leurs titres sans regarder derrière nous (mais le titre d'avant n'avait pas ce goût-là...) et sans s'inquiéter de la suite (allez-y, je vous suis).

Avec son métal complètement ouvert qui a digéré bon nombre d'influences, Time For Energy ne rate pas son premier opus qui apporte un peu de fraîcheur sans pour autant être aussi brutal que le groupe l'annonce.