metal Métal > The Pax Cecilia

Biographie > La (tam)pax de Cecilia...

Les informations concernant The Pax Cecilia se font généralement rare. On sait tout juste que ce quintet vient de Rochester dans l'état de New-York et qu'ils ont commencé leur discographie avec Nouveau: a theater of air, sorti en 2003. Leur son combine l'ambiant avec le métal, le screamo, le post-rock et des élèments se rapprochant du classique. Leur deuxième et dernier album en date Blessed are the bonds a débarqué gratuitement sur le net en mai 2007. Une voie que le groupe a choisi pour partager et ainsi répandre au maximum leurs enregistrements. Il s'est toutefois vendu quelques 10 000 copies physiques lors de leur concerts principalement.

The Pax Cecilia / Chronique LP > Blessed are the bonds

The Pax Cecilia - Blessed are the bonds On ne pourra jamais reprocher à un groupe de musique, quelqu'il soit, d'offrir gratuitement le fruit de son travail. Et surtout lorsqu'il s'agit d'un très bon groupe. Comme un tract, une invitation ou une compilation donnée en fin de concert, certains "cadeaux" peuvent être jetés ou donnés. The Pax Cecilia, non seulement donnent mais viennent en prime gâter un public non-averti avec ce Blessed are the bonds. Comment passer à côté de ces ambiances sonores dignes d'une vraie bande son originale de film, de ce "post-quelque chose" progressif qui allie intelligemment le rock, le métal, le screamo et le classique ? Car la force de ce deuxième effort est véritablement la richesse des instruments et des atmosphères. Quel groupe de postcore peut se targuer d'utiliser à la fois des violons, du piano ou bien un trombone et plus accessoirement un orchestre ? Des premières notes de piano posées délicatement sur "The tragedy" aux derniers airs de guitare acoustique de "The hymn", The Pax Cecilia combine un son puissant et lourd avec des ambiances dérangeantes parfois croisées de mélodies calmes et frissonantes à la fois. A l'écoute de Blessed are the bonds, il semble difficile de dissocier une chanson d'une autre tellement il se passe de chose à l'intérieur. La seule exception peut éventuellement venir de deux titres qui se suivent qui sont de véritables bombes métalliques. "The progress" avec son influence screamo death-hardcore vient casser le rythme de "The tomb song", la chanson qui la précède, avec une violence sonore techniquement bien assurée. Quant à "The machine", avec ses riffs de guitares écorchés, balance une ambiance destructive proche du chaos. La fin du massacre arrive avec "The wasteland", qui définit sonoriquement les conséquences du déluge, comme si plus rien n'existait. Ces huits titres, qui parfois dépassent la dizaine de minutes, se consomment sans modération et avec délectation. Comme dans un bon bouquin, Blessed are the bonds, à travers ses différentes phases sonores, laisse l'auditeur dans un voyage qui lui est propre. Une heure de trip auditif comme celle là gratos, qui pourrait s'en passer ? Chapeaux bas The Pax Cecilia!

[us] Download The Pax Cecilia: .zip (55 hits)External ]