metal Métal > The temple

Biographie > le temple

Sans la sortie française de leur nouvel album Diesel dog sound via Sriracha, j'aurais certainement continué de vivre sans connaître The temple. Et pourtant ce groupe portugais formé en 1993 est un de ceux qui a su utiliser le web pour étendre son réseau de fans, ils ont mis tout un tas de titres à dispo sur leur site et grâce à cela ont pu décrocher des contrats de distribution un peu partout dans le monde et notamment en Angleterre, c'est d'ailleurs CoProRecords qui signe ce nouvel album et ce sont les liens entre CoPro et Sriracha qui nous les amène en France... Les deux guitaristes (José et João), le batteur (Rui), le bassiste (Hugo) et le chanteur (João) ont ouvert pour la crème des groupes qui blastent du côté de Lisbonne et de Porto (Machine Head, Entombed et bien evidemment Moonspell). Ils sont allés enregistrer cette gallette à Londres avec Dave Chang (Final Conclusion, Earthtone 9, Linea 77, GF93, The Hurt Process...). Voilà, maintenant tu n'as plus d'excuse pour ne pas connaître The temple.

The temple / Chronique LP > Diesel dog sound

the temple : diesel dog sound Un poil de hardcore, un autre de punk et un dernier de métal, voilà de quoi cibler un peu plus The temple, ce qu'il faut surtout retenir c'est la formidable efficacité du combo à nous mettre dans sa poche avec des rythmes entrainants. Mais foutre le feu n'est pas tout, et les portugais se font remarquer par leur créativité et leur facilité à varier les atmosphères et à faire en sorte que les 14 titres soient suffisament dissemblables pour ne pas rendre l'album indigeste ou répétitif. Quand il s'agit de modifier leur paysage sonore, ils jouent avec les instruments (les percus de "Drum") ou avec les invités qui sont venus jouer sur ce Diesel dog sound, ils sont trois (chacun un titre différent) dont (le plus connu ?) : Fernando Ribeiro qui officie dans le groupe portugais le plus célèbre : Moonspell. Il vient chanter sur "Devil's lover", une compo aux guitares tordues qui se repose sur le break, un peu plus doom bien sûr, de Fernando. Sur "Falling", aprés l'excellent passage de guitare acoustique qui allume automatiquement le néon Ill Niño dans nos esprits, arrive le renfort d'un accordéon magique (celui de Ricardo Pereira) qui donne un tout autre volume à la chanson.Et pour les fans qui n'en auraient pas assez de tous ces excellents titres, l'album propose une piste CDRom superbement réalisté qui contient une quantité impressionnante de goodies : petite vidéo de chaque membre du groupe, les paroles de chaque titre (avec la possibilité de les écouter en même temps), le clip du terrible "Millionaire" et sa version plus sexy (où comment ajouter de jolies filles dans un clip où des mecs jouent dans un studio), une vidéo du tournage du clip (c'est l'occasion de remater les demoiselles...) et pour finir une série de photos ! La grande classe.