metal Métal > Taproot

Biographie > de jeunes racines

Welcome est le deuxième album de Taproot mais ce titre semble nous souhaiter la bienvenue chez Taproot comme si nous n'y étions jamais entré. Formé en 97, le groupe accède rapidement en haut de l'échelle du métal grâce aux ficelles du néo, leur album Gift sous le bras, ils enchaînent les tournées Ozzfest (2000 et 2001) et les premières parties de groupes formatés et insipides (Papa Roach, Linkin Park). On pensait que ces accointances feraient d'eux un énième groupe de néo qui ne passerait pas l'hiver...
Mais c'était sans compter sur ce nouvel opus... il s'en dégage bien plus de choses, comme si de cotoyer les Deftones leur avait ouvert les oreilles, cette fois-ci, le groupe a pris son temps, a émigré vers Los Angeles pour enregistrer (en novembre 2001) quelques titres parmi les 30 préparés. Toby Wright (Alice In Chains, MetallicA, KoRn) était chargé de la production tandis qu'Andy Wallace (Nirvana, Foo Fighters) s'est occupé du mixage, la paire n'avait rien à prouver, mais le groupe si, pari réussi avec ce Welcome...

Taproot / Chronique LP > Welcome


Taproot : Welcome Taproot dessine toujours ses compos à grands coups de hâchures mais leur puissance mélodique s'est largement accrue pour prendre le pas sur les successions de riffs saccadés, et même sur les coups de médiator de Mike DeWolf (guitares), la voix de Stephen Richards (chant/guitare) reste très harmonieuse. Taproot ajoute également à ses lignes mélodiques desivers instruments comme les violons de "Art" qui donnent au titre un aspect très Silverchair ien. Cela contraste avec le "dark side" du groupe, celui qui, sur "Myself", hurle non sans rappeler Staind. Stephen a aussi un certain côté nonchalant dans son chant, tout comme Aaron Lewis (Staind), un rythme bien suivie par la basse de Philip Liscomb ("When", "Breathe"). Pour en finir avec les correspondances, on notera comme un hommage à Alice In Chains sur "Everything". Comme tu as pu le remarquer, tous les titres des morceaux ne comportent qu'un seul mot, un mot qui revient en général très souvent dans les paroles. Alors que le son d'ensemble est très clean, les accords tranchants donnent du punch à Welcome, mais ce sont aussi quelques uns de ces accords qui plombent un peu le combo dans un style trop évident, mais cela, ajouté à des choeurs mal venus ("Poem"), ne suffit pas à nous éloigner d'un album sur lequel on revient poser ses oreilles avec plaisir.
La partie multimédia de ce Welcome ne propose qu'un petit film sur l'enregistrement de l'album, un film sympathique (malgré un manque de luminosité certain) où l'on voit le groupe se marrer, Toby Wright déconner et Jarrod Montague qui bosse ses parties batterie...
Taproot fait donc un retour réussi et, grâce aux mélodies, est devenu un groupe de néo-métal attachant...