metal Métal > Stream of Passion

Biographie > courant passionnel

Stream of Passion est un projet musical regroupant Arjen Lucassen (Ayreon, Star One) aux guitares, Marcela Bovio (Hydra, Elfonia) au chant et au violon, Lori Linstruth (Warbride) à la guitare, Johan van Stratum (Agitator, Ratcom, Forcefeed) à la basse, Davy Mickers à la batterie et Alejandro Millán (Elfonia, Hydra) au piano.
Tout ce beau monde a déjà un pied dans un autre groupe et construit dans ce projet une musique que l'appelation "métal à chanteuse" déservirait fortement, l'ensemble se portant musicalement au-delà d'une segmentation précise. Une grande partie des musiciens est hollandaise, Lori étant américaine et vivant en Suède, Marcela et Alejandro étant mexicains. Internet devient un formidable outil lorsque les distances augmentent et se comptent en milliers de kilomètres.
Arjen Anthony Lucassen découvre les talents de Marcela Bovio grâce à une audition qui a lieu sur l'un des sites internet d'Arjen, pour chanter l'un des opéra rock qu'il compose. Après une apparition sur The human equation, Arjen veut mettre en avant les possibilités de Marcela et créé pour celà un projet laissant de la liberté à Marcela, afin qu'elle y ajoute ces idées. Une fois le groupe créé, c'est au travers d'Internet que les musiciens s'échangent leurs idées, les jams-sessions et leurs idées. Le résultat est l'étonnant Embrace the storm sorti en 2005.

Stream of Passion / Chronique LP > Embrace the storm

Stream of Passion : Embrace the Storm Embrace the storm est un mélange quelque peu détonnant, un peu gothique sur les bords, des guitares hurlantes, un piano vibrant et mirifique, ainsi que des cordes crépitantes avec la présence de violons (dont celui de Marcela) et de violoncelles. L'éponyme "Embrace the storm" se retrouve ainsi propulsé, mis en avant, par des violons organiques, mais surtout un couplet où le violoncelle devient presque une deuxième peau, un filigrane à une voix fragile et passionée, si tout celà ne suffisait pas, c'est le piano qui tient la mélodie et fédère l'ensemble dans des passages orgasmiques, légers mais intenses. À ces mordillantes mélopées métalliques magiques, Stream of Passion n'hésite pas la ballade éthérée, menée par un piano et la tendre voix de Marcela qui chante en espagnol, "Nostalgia" vibre, pleure, -Toda una vida de lágrimas-, un délicat violoncelle vient se joindre à ce paysage sonore poignant et intense.
Prenant des directions plus classiques comme sur "Passion" ou "Deceiver", Stream of Passion rappelle par moments un The Gathering ou Euthanasia, avec des archets un peu plus collants entre Rasputina ou Apocalyptica, donnant une impulsion et un grain un peu plus marqué. Stream of Passionzizague entre chansons troubles et inquiétantes "Haunted" ou "Calliopeia", et titres plus dynamiques et rentre-dedans comme le prolixe "Wherever you are", l'aérien et angélique "Open you eyes" avec toujours ses solos de guitares très old-school, ou le très sautillant "Out in the real world".