metal Métal > Spiritfall

Biographie > chute de l'esprit

Le nom de Spiritfall m'est connu depuis mon intérêt pour Shun. Les deux groupes ont en effet tourner ensemble aux USA, ce qui a donné lieu à un split CD (le tout sous la bienveillance de theprp.com !). Le groupe est originaire de Stockton (Californie, USA) où Anthony Stone (chant), Christian Spencer (guitare) et Stefan Dekker (batterie) forment un premier trio. Ce n'est qu'en 99 que Ben Souza (basse) rejoint le groupe qui déménage à Chico. En décembre 99, le groupe enregistre 10 titres et en sort 6 sur un EP en 2000, c'est My reason. C'est suite à ce mini-album qu'ils se font une réputation et s'accordent les bonnes grâces de tout le milieu rock/métal undergound. Il leur permet de partager des scènes avec Taproot, Will Haven, Insolence, Dredg, Onelinedrawing, Zebrahead, Zao et bien d'autres encore (dont Papa Roach !). En 2002, ils décident de poursuivre leur aventure en s'entourant des meilleurs et enregistre de nouveaux titres sous la houlette de Michael Rosen (Santana, Dredg). Et avant l'album, ils nous livrent un maxi éponyme avec "What happened to the first time" comme titre phare (dispo sur le web).

Spiritfall / Chronique EP > Spiritfall

spiritfall : maxi J'ai hésité entre placer Spiritfall avec les groupes métal ou avec les groupes rock et les voilà du côté métal... Le côté des guitares disto, lourdes, incisives, des rythmes cadencés et du chant bien envoyé. Mais ce résumé du Spiritfall métal ne résume pas Spiritfall qui possède également des côtés rock, plus romantique, plus posé, plus clair, à l'image du "stay in the light", petit mot gentil laissé au bas de chaque message de leur manager, rester dans la lumière, voilà ce que cherche donc Spiritfall. Sur ce maxi, éclaireur d'un album à venir, le groupe est musicalement à classer (s'il faut le classer) entre Make Yourself et Morning view d'Incubus. Pas assez pop et pas assez énergique pour le rapprocher de l'un plutôt que de l'autre. "What happened to the first time", premier titre du CD, se joue sur un faux rythme, les guitares sont tout le temps à la relance, jouant de leur dissonnance avec la batterie ou le chant lointain trituré aux effets avant que le refrain ne nous assaille de nouveau, simple et très efficace. "Will you cry for me" est plus posé, ses couplets mettent davantage la voix d'Anthony. "Through my eyes" a un pouvoir accrocheur bien plus important, avec un refrain plaintif qui ne vous lâche pas, la mélodie larmoyante, cassée par un break, ne tarde pas à revenir nous hanter. Intro plus métal pour "Without word" dont les riffs s'allongent, se distordent sur les refrains pour contrer les saccades des couplets, le break est laissé au chant, encore un schéma classique mais ô combien efficace. Enfin, mon titre préféré, "Together", tout en retenu jusqu'au réel lancement du morceau, renforts de guitare, basse plus présente, les clairs/obscurs sont plus amplement marqués, la construction du titre est moins bateau que les précédents, quand Spiritfall s'aère il en devient plus léger (dans les textes aussi malheureusement) et à la fois plus consistant. Le groupe est très plaisant à écouter et doit déployer une autre envergure en live...