metal Métal > Sleazy View

Biographie > Vue sordide

C'est début 2001 et dans la région de Montbéliard (Doubs) que la première mouture de Sleazy View a vu le jour. La formation s'attache très vite à composer une dizaine de titres, en enregistre 4 sur une première démo éponyme (en 2002) et commence à donner des concerts dans l'agglomération Montbéliardo-Belfortaine. Il n'hésite pas à s'offrir en première partie devant Aqme et Wünjo ou à jouer avec Two Tone Club, Skarmaï, Maât. Le groupe fait circuler cette première démo et arrive bien évidemment sur la platine de l'asso Troll's Prod qui intègre la formation dans ses rangs (aux cotés de No Sex Nervous, Yerban Kuru, Washing Machine Cie, Les Berthes, ...). En 2004, le groupe subit un premier changement de line-up avec le remplacement du batteur d'alors par Arnaud. Dans la foulée, le groupe enregistre une deuxième démo Four scars et remonte sur scène (première partie de Lofofora, divers festivals...). En 2005, Jamy le "monsieur platines" du groupe qui apportait une tendance néo-métal à la musique quitte la formation; Sleazy View se retrouve alors sous la forme d'un quatuor avec Arnaud (batterie), Alan (basse), Mick (guitare) et Nat (chant / guitare). Le groupe reprend tout de même le chemin des studios en juin 2006 pour accoucher d'un nouvel EP. Il s'agit de Led by wrath. Mais les turpitudes autour de la composition du groupe reviennent au galop et ce sont deux membres historiques du groupe, Mike et Alan qui le quittent à l'automne 2006. Ils seront remplacés respectivement par Seb et Nico, lançant Sleazy View sur une nouvelle piste et dans l'expectative, qui sait, d'un nouveau passage en studio...

Sleazy View / Chronique EP > Led by wrath

Sleazy View : Led by wrath Si l'on en croit le titre de ce troisième EP, les Sleazy View seraient "guidés par la colère". Et à l'écoute de ce dernier EP en date, il serait bien malvenu d'essayer de croire le contraire. A l'aide de textes teigneux, scandés, presque crachés par Nat (c'est frappant sur les deux premiers titres) et d'une musique directe, allant droit au but, à savoir un métal parvenant à combiner l'efficacité du hardcore et de grosses intrusions trash bien envoyées, Sleazy View trace son nouveau chemin. Dit comme cela, il y a presque de quoi avoir peur et se demander si Led by wrath tient la route... Mais vous pouvez compter sur Sleazy View pour apporter un maximum de cohésion à ses (nouvelles) compos et ainsi envelopper le groupe d'une identité belle et bien remarquable. S'éloignant de fait de ses aspirations originelles (néo et fusion-métal), Sleazy View a néanmoins conservé sa capacité à construire une entité nourrie de multiples influences.
Pour le décrire brièvement, on pourra dire de cet EP qu'une certaine urgence en émane, comme en témoigne "Sleazy view" (après le EP éponyme, le groupe nous offre son titre éponyme !), que les secousses disséminées sur tous les titres se font encore plus pressantes et expressives au début de "Blessures" (le seul titre chanté en Français, les autres étant en Anglais), que la confrontation trash/hardcore est à son apogée sur "Chaos within" et qu'il est garni d'un jeu de batterie trépignant très habilement d'impatience. Même si le chant est clair (et pas rédhibitoire du tout !), il manque, à mon goût, d'un peu de variations et certains plans de guitares sont assez banals. Mais pour contrecarrer ces rares lacunes, Sleazy View sait, entre autres, poser de bons solos qui auront réussi à plaire à quelqu'un pas forcément très adepte de ce type de performance...