metal Métal > Seethings

Biographie > je vois des choses

Venu tout droit de Suède, Seethings ne fait pas pour autant partie de la scène metal extrême, menée par les In Flames, Meshuggah, At the Gates, Arch Enemy et autres Cult of Luna, qui sévit aux quatre coins du pays. Seethings surfe plutôt sur la vague "néo-métal", si le mot veut encore dire quelque chose, tellement il est utilisé à toutes les sauces.
A l'origine du groupe, il y a 3 hommes, Lawrence MacKrory, Dennis Olsson, Simon Wettervick qui commencent à jouer ensemble dès 1994. En 1995, rejoints par Ronnie Nyman et Ted Mattson, les désormais cinq compères forment Forcefeed. Pendant quatre ans, les cinq musiciens tournent un peu partout en Suède et en 1999, sortent enfin un premier EP 3 titres intitulé Soil et aujourd'hui très difficile à se procurer. Suite à ce premier EP, Forcefeed tourne un peu dans divers pays d'Europe et change de nom de scène pour devenir Seethings.
Lorsqu'ils passent en Suisse, les Seethings en profitent pour enregistrer un Split CD avec le groupe de metal hardcore Unfold. Les deux titres des suédois "Tonight" et "Shed the clouds", permettent au groupe de se faire un nom et deux ans plus tard, les suédois sortent leur premier album intitulé Parallels et produit par Daniel Bergstrand (Meshuggah, In Flames, Soilwork, Unfold, Shovel...). Entre-temps, Ronnie Nyman et Ted Mattson ont quitté la formation et ont été remplacés par Peter Waites et Lars Suderberg, ce dernier quittant le groupe quelques mois plus tard, au profit de Daniel Jagestedt.

Seethings / Chronique LP > Parallels

Seethings : Parallels Signé chez les italiens de Scarlet et les suisses de Division Records, Seethings peut enfin sortir un premier LP. Guitares sèches et ultra percutantes, caisse claire mise en valeur, chant clair et mélodique, quelques hurlements lorsque Lawrence MacKrory se lâche, les trois premiers titres de ce premier album "Release", "Slow Healer" et "Navian" sont des morceaux terriblement efficaces. On sent néanmoins que le groupe est, quelques fois, influencé par les Deftones ou Taproot, mais les suédois pratique un neo-metal d'excellente facture, très loin des poncifs du genre. Comme nombres d'albums du genre, on craint quand même un peu que ce Parallels finisse par tomber dans le répétitif, mais Seethings surprend avec le 4e titre de l'album. En effet, si les trois premiers titres étaient là pour exploser les enceintes et les charts au passage, avec "Elevate", les cinq suédois se permettent des incursions plus expérimentales bien éloignées de leur rock mélodique habituel.
On repart sur des bases bien plus rock/ metal avec le titre suivant, un "Good for nothing" d'excellente facture sacrément péchu tout en étant très mélodique. Suivent des titres tels que "Falling" ou "Isotone" à l'efficacité diabolique. Production impeccable de Daniel Bergstrand, compositions variées, riffs énergiques, Seethings est beaucoup plus qu'un "simple" groupe de néo-metal. A ce titre "Ascending" impressionne. Chant particulièrement mis en avant avec un MacKrory qui assure le show, guitares massives, refrain particulièrement travaillé, ce morceau est sans aucun doute, avec le single "Slow Healer", l'un des titres incontournables de l'album. Vient ensuite "Succumb", où le groupe nous refait le coup de l'expérimentation avec cet interlude instrumental à tendance bruitiste qui nous fait patienter en reprenant tranquillement notre souffle.
Celle-ci vient avec "This Hole" ; où l'on sent bien que Lawrence MacKrory se laisse par moments influencer par les vocaux de Maynard James Keenan (Tool et A Perfect Circle), sans toutefois arriver à la hauteur du maître. Le puissant "Tonight", titre déjà présent sur le split CD réalisé avec les suisses d'Unfold mais réenregistré à l'occasion de Parallels, nous montre un Seethings déjà capable de balancer des riffs efficaces et puissants, le tout en accordant une large place aux mélodies.
Parallels se termine sur "Illuminate Me" puis un titre éponyme, deux morceaux massifs, aux refrains lancinants qui concluent un album abouti et excellemment produit. La variété des morceaux, l'homogénéité de l'ensemble et la durée peu commune de nos jours de ce LP (un peu plus d'une heure de musique) en font une vraie bonne surprise et ce malgré quelques influences parfois trop présentes. Seethings a néanmoins un son bien à lui et sera sans aucun doute un groupe à suivre dans un futur pas si lointain.