metal Métal > S-Pam

Biographie > Anti-spam intégré


N'y allons pas par quatre chemins et tentons le parallèle, aussi osé soit-il, S-Pam ressemble à bien des égards à Tool. Là, généralement, on laisse quelques secondes de silence, histoire de voir l'effet produit sur le lecteur, puis on ajoute que ça évoque aussi largement Helmet et Sleeppers, sans pour autant plagier l'héritage de ces formations de fort belle envergure. S-Pam pratique un métal instrumental sous haute tension, abrasif, tortueux et indépendant. Le groupe ne fait pas de vagues, sa musique parle déjà largement pour lui. S-Pam ne cherche pas à en faire des tonnes et joue la simplicité, un artwork qui reflète à la perfection la noirceur pesante de ses compos, un titre d'album on ne peut plus simple pour un premier effort complètement autoproduit et surtout carrément hors norme.

S-Pam / Chronique LP > S-pam

spam.jpg Metal alternatif et instrumental de haute volée, puissant, tellurique et organique, le son de S-Pam explose à la face de l'auditeur dès les premières secondes d'un "Memento" long de quelques sept minutes trente. D'une rare densité sonore, blindée par des rythmiques ultra-carrées implacables et un magma de guitares intense et labyrinthique, la musique du groupe se révèle dès les premières secondes organique et évolutive. On pourrait également ajouter "monolithe" dans la longue liste des qualificatifs du travail de S-Pam, mais le groupe sait parsemer ses compos de plages atmosphériques et obsédantes ("Warm blue", "It moves").
Mélodique de par ses lignes de gratte savamment distillées, subtil dans les innombrables détails que l'on ne découvrira qu'après maintes écoutes, le premier album éponyme du groupe est un disque aux nombreuses facettes... que l'on n'imaginait pas forcément au départ. Puissance et inventivité, finesse et maîtrise de tous les instants, S-Pam ne verse jamais dans la surenchère, n'esquissant ainsi à aucun moment le moindre accès de violence, le groupe imprime pourtant sa marque, sans effort, presque naturellement, comme si cet état de fait coulait de source ("Sin gas"). De longues plages de metal / rock spatial et éthéré, une prod de qualité, des samples placés stratégiquement pour faire monter le crescendo jusqu'à l'implosion... Qui n'arrivera finalement jamais, le style s'affine, la musique du groupe s'impose naturellement dans notre esprit.
Une maîtrise absolue, encore une fois, le groupe garde le contrôle de son travail jusque dans le moindre détail. Rien n'est laissé au hasard ou ne filtre qui n'ait été longuement pensé. D'un songwriting tout en recherche d'efficacité maximale à des arrangements heavy, massifs et parfaitement construits, S-Pam a structuré ses morceaux de manière à ce qu'une fois assemblés, ils ne forment plus qu'un au sein de l'impressionnante architecture musicale de ce premier album ("The open boat"). Section rythmique sur courant alternatif ("Bruised"), crescendo post-rock/ metal intenses et tectoniques ("Oil spoon"), le groupe élève son propre niveau jusqu'à l'excellence, délivrant toujours plus de riffs percutants et de rythmiques pesantes sans jamais connaître de baisse de régime ("Electrored", "Next please"). L'une des révélations de l'année assurément. Presque une évidence...