metal Métal > Run Of Lava

Biographie > Cours Lava, cours !

Même si le groupe n'existe que depuis mai 2006, les membres de Run Of Lava ne sont pas nés de la dernière pluie. En effet, Bas (chant), Tom (guitare), M1ro (guitare), Max (batterie) et Rooky (basse) ont déjà animé les scènes comtoises (et d'ailleurs) au sein de leurs groupes anciens ou actuels (de Munkyposse à Hawaii Samuraï en passant par Dejected ou Welcome To Miami). La formation bisontine (une de plus !) a déjà joué aux cotés de groupes comme Ampools, Zanji, Hellbats, Comity, Stellardrive, Generic et s'essaie au métal nourri de diverses influences (doom, grind, stoner, HxC, ...). La formation prépare la sortie de son premier album, Exploded allusion, pour septembre 2007. Mais avant cela, au printemps dernier, le groupe a mis en haleine les "milieux autorisés" via un 4-titres promotionnel Corrosion EP.

Run Of Lava / Chronique LP > Node

Run of Lava - Node Il aura fallu quatre ans aux Run Of Lava pour nous concocter et délivrer cet album, mais il n'est jamais évident de faire face au départ d'un guitariste. L'arrivée de Cervez (ex-Taf) en février 2009 a relancé le groupe qui n'aura finalement pas trop traîné pour répéter, composer, enregistrer (avec Renaud Hebinger -Force Fed, Crusher, Taf...) et sortir Node en février 2011.
Le changement de personnel n'a pas freiné les ambitions du combo, bien au contraire. La ligne de conduite est toujours de toucher à tout ce qu'il y a de bon dans le métal pour le regrouper, le secouer et aligner des titres aux ambiances différentes mais cohérentes. Pas évident sur le papier, cet objectif est parfaitement rempli par Run Of Lava qui joue surtout sur les rythmes pour varier les plaisirs, le son oscillant entre très lourd et très très lourd.Et comme les morceaux sont assez courts, il est impossible de s'ennuyer à l'écoute de Node. A peine s'est-on habitué à un riff, une atmosphère, que le groupe passe à autre chose comme s'il était incapable de se complaire à reprendre quelques bonnes mesures, préférant aller explorer (et exploser) d'autres territoires. Si ça commence avec un titre oppressant et métallique à souhait ("Golden barbed wires"), les Bisontins placent rapidement leur limite (envore que...) en terme de vitesse d'exécution avec "The comfort of a complaint", 80 secondes de furie avec à peine quelques notes de basse pour souffler. Le TGV vient de passer, il ne fallait pas traîner sur la voie, tant pis pour toi. A l'inverse, avec "Breath" et "Scissors" puis avec "Indecisive system", Run Of Lava la joue plus sludge, délayant les accords, posant les sons, jouant sur les effets de voix, ajoutant des samples, des moments plus "reposants" (toute proportion gardée, va pas foutre ça dans les feuilles de ta grand-mère pour sa sieste si tu veux pas être déshérité !) qu'ils prennent un certain plaisir à faire voler en éclat par la suite (l'ultra rapide "Knot", le très hard core "Visceral attraction"). Pour le reste, c'est surtout entre le programme lessivage et essorage qu'il faut hésiter parce que les "Trigger control", "Unstable weakness", "Sign" ou encore "Stigma screen" (dont le riff principal est juste mortel) nous balancent dans tous les sens, ça envoie de partout, on en ressort lessivé, sec et fatalement chiffonné !
L'ultime "Ashes" est un peu le générique de fin de l'album, ce ne sont que quelques notes distordues, il est donc "à part", tout comme le morceau caché (assez peu convaincant d'ailleurs), concluons donc sur cette impression de montagnes russes/grand huit chaotique mais maîtrisé que laisse Node. Auditeurs, vous êtes prévenus : accrochez-vous.

NB : Si tu n'aimes pas le CD, tu peux le garder comme horloge en le bricolant un peu...

Run Of Lava / Chronique LP > Exploded allusion


Run Of Lava - Exploded allusion Si j'avais été certain que Corrosion EP était un parfait teaser de ce premier album de Run Of Lava, peut-être que je n'en aurais pas rendu compte, puisque parmi les dix titres composant Exploded allusion les quatre constituant le maxi y ont été intégrés. Préférant ainsi attendre l'intégralité de la première longue performance du groupe. Mais comme se faire absorber par quelques titres et cerner l'univers d'un groupe sont des procédés rapides dans le cas d'un EP, surtout lorsqu'on est accroché par celui-ci, aucun remord à formuler d'avoir soutenu cette production promotionnelle. Et cette approche en deux temps possède, entre autres vertus, l'avantage d'assimiler au mieux l'album.
Alors, après un premier maxi et des compos présageant de très bonnes choses en provenance des ex-Munkyposse, quoi de neuf sous le soleil automnal de Run Of Lava ? Que réservent les six "nouveaux" titres, dévoilés par le biais de Exploded allusion ?
Eh bien, ma bonne dame, ou mon brave monsieur, c'est en pleine continuation du plan de vol établi avec Corrosion EP que les Run Of Lava sèment la terreur, et même de façon encore plus diversifiée. On était déjà habitués à se prendre du gras et lourd ("Cruelty reward") et maintenant "Artificial device" ou de l'énergique à tout craint ("Expanded function") accompagné de "Opinium", en provenance du quintet aux palettes d'influences très fournies. Mais les Franc-Comtois nous offrent aussi de sacrées surprises, à peine évoquées antérieurement, comme la texture si particulière et entraînante de "Post traumatical box" (un bijou !), la dimension oppressante de "Dry" ou l'ambiance de "Azumi", morceau presque instrumental. Au fil de l'album, Run Of Lava dévoile toujours cette même générosité dans l'imbrication des styles tout en combinant saturation dosée à merveille, soli impeccablement placés et relances de tueur ("Electric funeral").
Avec ce premier album, la formation fait aussi savoir qu'elle n'a pas totalement oublié Munkyposse (changements de rythmes, un certain sens du chaos) tout en développant d'autres aspects (énergie, groove), enclins à faire rimer Run Of Lava avec Rock & ROLl !

Run Of Lava / Chronique EP > Corrosion EP

Run Of Lava - Corrosion EP Les groupes accumulateurs d'influences et les libérant autour d'axes math-métal (Boys 1st Time) ou métalcore (Drifting Breed) ne sont pas les seuls à évoluer ainsi puisque Run Of Lava est en train d'emprunter la même démarche qu'eux et avec sensiblement la même dose de talent que leurs confrères. A la différence près que les Franc-Comtois ont décidé de se servir du hardcore comme pilier principal, sur lequel viennent s'accrocher des éléments doom, grindcore, death et même stoner... Tout un programme.
Avec leurs 4 premiers titres, Run Of Lava sème sa diversité d'angles d'attaque, tant au niveau des parties instrumentales que du chant (quelle différence de traitement entre "Corrosion" et "Cruelty rewards" !), avec une certaine aisance. L'aisance et la facilité d'exécution des titres sont doublées d'un niveau de technicité irréprochable, témoignant de l'intense passif des membres du groupe (composé principalement d'ex-Munkyposse). Au crédit du groupe, il faut ajouter, outre un confort d'écoute dû à la qualité de la production, un don à se faire s'entrecroiser différents styles et de rendre l'ensemble tout ce qu'il y a de plus digeste. Effectivement, les titres de Corrosion EP se suivent et ne se ressemblent pas. Successivement ou simultanément, on se paie de grosses tranches hardcore, des parties doom ou stoner libérées tout en pesanteur, des portions de chant death auxquels s'ajoutent des soupçons trash et, à d'autres moments, des bribes post-hardcore.
Servant des titres bigarrés en apparence, Run Of Lava s'applique à leur conférer une réelle cohésion et les servir de la façon la plus intelligible possible. Il ne reste plus qu'à attendre (c'est pour bientôt) ce que donnera une plus longue performance du quintet. En attendant, cet EP est une carte de visite tout à fait honorable pour un groupe très jeune sous sa forme actuelle mais dont la maturité ne semble pas à démontrer.