metal Métal > Right 4 Life

Biographie > Droit à la vie !

Depuis plus de 10 ans les Nantais de Right 4 Life, ont construit et assis leur réputation de formation phare de la scène HxC européenne. Parallèlement aux sorties de deux démotapes (Live demo - 1995 et Straight hardcore '96 - 1996), un split 7" avec Spoonful (en 1997), deux maxis (Destroy babylon - 1998 et Give us light for truth - 1999) et un premier album acclamé par la critique (Off the beaten track - 2002), les activistes de Right 4 Life ont aussi sillonné sans relâche les route de France et d'Europe. Le groupe aura l'occasion de croiser sur scène Madball, Shelter, Sick Of It All et de tourner, en 2003, avec Integrity puis avec 25 Ta Life. Au printemps 2005, les Right 4 Life rentrent au Loko Studio (Emklem, Kobayes, Jetsex, Off Your Head, MyPollux, Sequoia, Sickbag, Corrupt The Day, De Rien, ...) afin d'enregistrer leur deuxième album. Son mastering sera effectué par Alan Douches (Hatebreed, Converge, Bad Brains, ...) et Pride and joy... have gone dull sortira fin septembre 2006 sur Free Edge Conspiracy (Nine Eleven, ...) avec le soutien de The Age Of Venus Records (Murphy's Law, Gravity Slaves, ...).

Interview : Right 4 Life, rencontre avec Olivier (juin 2003)

Right 4 Life / Chronique LP > Pride and joy... have gone dull

Right 4 Life : Pride and joy... have gone dull Si avec Off the beaten track Right 4 Life avait remis les pendules à l'heure, avec Pride and joy... have gone dull, le quintet les remonte afin de leur faire effectuer un tour de cadran supplémentaire !
La formule de Right 4 Life est bien en place, n'épargne aucun détail et tout est cadré au millimètre. La basse est dévastatrice ("Circle of hate") ; les guitares, plus ou moins travaillées (plus que moins, d'ailleurs ! -sic-) ont un effet ravageur, accrochant instantanément les oreilles pour ne les relâcher que quelques minutes plus tard pleines d'écorchures ; le jeu de batterie est impeccable, c'est un modèle de précision et le tout est servi par une production à décorner les boeufs ! A cela s'ajoute le mordant (c'est le moins que l'on puisse dire) du chant d'Olivier et des choeurs utilisés à bon escient. Bref, le groupe confirme qu'il est en très bonne forme.
Si ça blaste à tous les étages, les titres compacts et/ou tendus succédant aux gants d'acier jetés à la figure ("In the back of my mind"), les Nantais parviennent à laisser filer quelques grains mélos pas dégueulasses du tout ! ("Here", "The greatest pain") Prouvant ainsi leur maturité de composition sans pour autant sombrer dans le sentimentalisme bas de gamme et la translucidité artistique. C'est ce qui contribue d'ailleurs, avec la qualité de la prod', à la fluidité d'écoute de cet album.
La durée des titres est fidèle au genre, on dépasse rarement les quatre minutes, le groupe expédie même "Waste my time" avec intro, développement, conclusion et paroles en 14 secondes ! Dommage seulement qu'une ou deux autres pistes ne se soient pas glissées dans la tracklist, histoire d'atteindre le cap des 45 minutes...
Grâce à Pride and joy... have gone dull, Right 4 Life marque d'un grand coup son retour sur disque mais aussi sur scène, où le groupe est en train de continuer la promo de ce nouvel album aussi tapageur que réussi !