metal Métal > Raised Fist

Biographie > les poings dressés vers le ciel

De la Suède on connait tout ces groupes rock'n'roll qui ont explosés soudainement avec une extraordinaire facilité. Les cinq membres (Marco et Daniel aux guitares, Oskar à la batterie, Josse à la basse et Alexander au chant) de Raised Fist sont eux plutôt du genre à prendre leur temps. Présents sur la scène hardcore depuis bientôt 10 ans (ils se sont formés en 1993), ils ont été une des premières signatures du label au coeur enflammé Burning Heart mais n'ont pourtant jamais atteint la notoriété que justifierait la qualité et la sincérité de leur musique. Du hardcore pur et dur dans la grande tradition de Gorillaz Biscuit et pas si loin parfois de Minor Threat, mais avec cette touche supplémentaire dans les vocaux et les lyrics aggressifs et "conscients" qui font de Raised Fist un groupe à part avec une identité bien marquée. Avec 4 albums tous plus réussi les uns que les autres dont les derniers en date Fuel (1998) et Ignoring the guidelines (2000), les Raised Fist se sont construit au fil du temps une petite base de fans européens respectueux de leur parcours intègre et de prestations scéniques dévastatrices. Bien loin de l'esprit désinvolte du revival rock'n'roll, ils se remettent aussitôt au travail en invitant Daniel Bergstand (Shovel, Meshuggah, Unfold, AqME...) à plancher sur le son de Dedication, le cinquième album de Raised Fist.

Raised Fist / Chronique LP > From the north

Raised Fist - From the north Depuis 2009 et Veil of ignorance, les Raised Fist ont clairement baissé le rythme (et pas seulement celui des sorties) pour adoucir leur HardCore à grands renforts de mélodies percutantes et de sons plus clairs, ils se sont largement ouverts et si tu n'écoutes que "Ready to defy", tu comprendras qu'ils ont conservé cette orientation. Mais ce n'est pas pour autant qu'on peut remettre en cause leur intégrité et leur envie de plaire à un plus grand nombre, non, car un groupe qui aurait eu envie de séduire les radios et un plus grand public aurait certainement bien davantage soigné la production. Parce que pour le coup, ça sonne roots de chez roots, les Suédois ont fait confiance à leur compatriote Roberto Laghi (Transport League, In Flames, Entombed A.D....) et lui ont réclamé un son punk-garage des familles. Ayant passé la vingtaine d'années d'existence, le combo fait confiance à ses titres et sait que ses fans viendront prendre leur raclée en live sans se formaliser sur la propreté technique d'écoute dans leur salon. Je ne partage pas forcément cet avis, mais on fait avec...

Plus vieux, plus sages, les Raised Fist ne sont pas pour autant devenus grabataires et sous des allures de rock cool (dés "Flow"), ils ont conservé la rage et l'engagement qui les caractérisent. Les riffs ont beau être moins acérés (même quand ils traitent du "Chaos"), le quintet ne fait pas dans la pop ou le melo-punk, si tu veux les comparer à Avril Lavigne, il faut imaginer la canadienne en train de se prendre un ... Raised Fist sans vaseline. C'est dit. From the north est donc plutôt cool (on s'ennuie même presque sur "Man & Earth") au regard des vieilles productions du combo qui n'a pas totalement oublié ses vieilles habitudes et sait encore enquiller du riff et de la frappe ("In circles", "Depression", "Unsinkable"), certes, il y a des breaks et une panoplie de passages qui leur permettent de reprendre leur souffle mais ça bastonne comme il faut. Les nostalgiques auraient certainement aimé des titres plus bruts de décoffrage qui balancent du début à la fin non stop dans les enceintes mais il faut se faire une raison, ce n'est plus ce genre de constructions qui sont au menu des Nordiques...

Furieusement punk-rock plutôt que solidement HxC, les Raised Fist n'ont pas baissé les bras et se contrefichent de ce que l'on pense tant qu'on hoche la tête et que ça mouline, moins vite certes, mais ça mouline encore et pour pouvoir intensifier l'ensemble dans les concerts, il faut avoir un peu de réserve...

Raised Fist / Chronique LP > Dedication

raised fist : dedication Cette petite galette de Raised Fist remet parfaitement les poings sur les i avant la tournée Burning Heart à l'automne avec The Peepshows et Bombshell Rocks, on sait qui seront les patrons ! Beaucoup moins linéaires que par le passé,les suédois nous mettent dans l'ambiance dès le magistral "Get this right" et l'intense"That's why" qui se succèdent dans le plus pur style Raised Fist. Ajouter à cela le down-tempo (tout est relatif, ce n'est pas Tricky non plus) "Message beneath contempt" et son refrain hurlé sur fond de grondement sourd basse-batterie qui en fait peut-être un des meilleurs titres de l'album, et vous comprendrez d'un seul coup tout ce qui fait la magie d'un groupe comme Raised Fist. Du hardcore old school très très rapide (c'est déjà fini? remets là!) mêlé à des passages plus ambiants qui font respirer quelques secondes l'auditeur avant de le replonger en apnée dans une fosse gigantesque où il risque à chaque instant de perdre ses pompes, voir sa virilité. "Disable me" et "Dedication" sont autant de petites bombes incendiaires alternant le chaud et le froid... On croit le supplice terminé sur l'avant dernier morceau "Another day" ou tout le monde calme le jeu, mais peine perdue, on est vite rattrapé par le monstrueux et limite death "Between the demons" où Gustav de Defleshed vient prêter mains fortes à ses compatriotes pour un final haut en couleur d'un album sombre mais aéré. L'accouchement s'était pourtant déroulé dans la douleur pour ce cinquième bébé, Alexander avouant que le groupe n'est vraiment arrivé à composer qu'une fois passée la porte du studio, ce qui explique de la plus belle façon qu'il soit l'aspect brut et direct de ces morceaux. A trop penser à ce qu'on fait, on finit parfois par faire des bêtises... heureusement, les suédois ont délaissés la réflexion au profit de l'action ! Plus engagé que jamais, et de l'avis même des membres plus brutal également (l'influence Bergstand ?), Dedication marque l'arrivée à maturité d'un groupe qui, sans jamais renier les principes essentielles qui ont fait sa force, a encore gagné en précision et en diversité.En tout cas les Raised Fist ont convaincu tout le monde lors de leur passage récent en France... à chaque date le public est venu pour eux et les pauvres (dans tout les sens du terme) Bombshell Rocks en ont vite fait les frais, eux qui étaient programmés en tête d'affiche. Mais voilà, rien ne remplace la sincérité et la maîtrise du genre dont font preuve encore une fois les Raised Fist. Un poing c'est tout.