metal Métal > Psykotic Dreams

Biographie > Rêves psykotiques

Le groupe toulousain, Psykotic Dreams est le résultat du métissage complexe de cinq influences très éloignées les unes des autres, alliant percussions africaines aux derniers courants hard-tek. En 2003, le groupe rejoint le collectif Nolarsen, structure de management et de production multi-metal toulousaine.
Psykotic Dreams a sorti fin 2004 un maxi 4 titres : Songes et désillusions.
En 2009, le groupe livre son premier album auto-enregistré, auto-mixé et auto-produit : Désirs et perversions. [ [fr] nolarsen: site du collectif (7 hits)External ]

Psykotic Dreams / Chronique LP > Désirs et perversions

Psykotic Dreams - Désirs et perversions Si ce Désirs et perversions était sorti il y a 20 ans, Psykotic Dreams aurait été visionnaire, aujourd'hui, cet album pourrait passer pour quelconque voire désuet tant le son est marqué par une époque, celle d'un métal nouveau où tous les mélanges étaient permis. De ce côté-là, les Toulousains se permettent d'envoyer du gros sur un rythme effréné et des grattes saturées ("Dump") aussi bien que de l'acoustique ("Burden") ou un délicat piano ("In memeory of...") qui mettrait les fans de Muse en émoi s'ils étaient amateurs de musique... Dans l'ensemble, c'est du métal burné, parfois un peu trop chargé (toutes les harmoniques artificielles sont-elles nécessaires ?) mais quand même bien gaulé quand c'est en anglais... Ouais, parce que les textes en français, c'est pas vraiment ça. Certes, ce n'est pas évident d'écrire des trucs sensés qui sonnent mais de là à chanter Ma ville est malade, son bitume fait mal / Ma bombe est chargée sous ma parka sale ("Art nocturne") ou mélanger tous les malheurs du monde où les hommes sont vraiment très très méchants dans un seul titre ("Notre monde"), il y a un pas qu'il ne faudrait pas franchir... En anglais, c'est moins audible et donc moins problématique. Ce genre de textes, c'est bien pour les groupes de heavy qui chantent en français (si, si, ça existe encore...) ou pour jouer dans les bars le samedi soir mais à coucher sur un CD emballé dans un beau digipak, pas sûr...
Désirs et perversions est un skeud fusion fourre-tout suffisamment équilibré (clair/obscur, calme/tempête...) pour tenir la route même s'il n'échappe pas à certains dérapages, qui ne sont, au final, pas si nombreux au vu des risques pris par Psykotic Dreams.

Psykotic Dreams / Chronique EP > Songes et désillusions

Psykotic Dreams : Songes et Désillusions En feuilletant le dossier de presse accompagnant le maxi cd du groupe, une chose éveille immédiatement ma curiosité, la direction artistique de Songes et désillusions est assurée par Yannick Tournier de Psykup. En sachant cela, comment ne pas porter une oreille attentive à l'écoute du disque ? Et c'est une véritable claque que prend l'auditeur. La production est tout à fait soignée, le son massif, sans tomber dans les clichés metal des groupes qui se cherchent, chaque ambiance est servie par une identité propre. Les compositions de Psykotic Dreams sont impressionantes de justesse, il y a une véritable osmose dans les quatre titres qui composent cette production. Le titre d'ouverture, "Tchernofolies", véritable plaidoyer contre la montée en puissance du nucléaire, impose ce qui nous attend tout au long du cd : un recueil de rage servi par des envolées mélodiques. Les rythmiques hardcore croisent sans difficultés les profondeurs du metal et un apaisement qui flirte avec des accents pop. On est loin des stéréotypes neo-metal d'une énième formation qui enregistre un maxi formaté et sans surprises. Mention spéciale à "Psykotica", titre de huit minutes, pour son originalité, sa puissance et sa maturité. On peut parier que Psykotic Dreams, symbole de la nouvelle scène metal toulousaine au même titre que Fedup ou Belladone, a de beaux jours devant lui. Et ce n'est pas pour nous déplaire.