metal Métal > Phi-One

Biographie > Philo 1

Phi-One signifie "Philosophie Universelle", ainsi doivent commencer pas mal d'articles consacrés à ce groupe puisque c'est eux qui le disent et que si ça semble assez vague au début, le développement de cette idée (lisez le livret du CD pour le découvrir) colle assez bien à la musique du groupe, en un mot : ouverte. C'est en 1998 que le groupe débute, le quatuor toulousain a alors environ 16 ans. Formé au départ de Lionel (guitare/choeurs) et Florian (batterie), ils "recrutent" rapidement Alexis (guitare/chant) et enfin Guillaume (basse) en 97. Phi-One écume les salles et les concerts, en compagnie de Psykup, Delicatessen, Do you wanna marry me ?, Tawn ... mais surtout de leurs potes de Floid avec qui ils montent l'asso infusion. En octobre 2001, avec Yann Fleurance, ils enregistrent à Cugnaux Le souhait d'un tel artifice. Cette deuxième démo sort en février 2002, c'est en fait un maxi plus que sérieux. Le son, la présentation, les compositions, tout y est soigné et devrait leur permettre d'aller prêcher l'ouverture un peu plus loin, d'aller à la rencontre d'autres gens, de voyager...et on l'espère pour eux d'enregistrer par la suite un album.

Phi-One / Chronique EP > Le souhait d'un tel artifice

phi one : demo Le souhait d'un tel artifice est le titre caché de ce 4 titres de Phi-One, on ne le trouve qu'en ouvrant le boîtier, aucun signe extérieur pour nous indiquer ce titre, est-ce cela l'artifice souhaité ? En tout cas, à l'écoute des 4 pièces, pas de doute, c'est un véritable feu ... d'artifice pour ce qui est des influences et des mélanges. Le terme "Fusion" n'a rarement aussi bien défini un groupe. Rock, slap, chant posé, preque rappé sur la basse slappée à outrance, premiers riffs métal, choeurs, jeu sur les cymbales, refrain mélodique, distorsion. Ca part dans beaucoup de sens et c'est incroyablement lié, "Le calme plat" ne l'est pas, les rythmes hachés "néo-métal" viennent un peu perturber le morceau mais la guitare barjo reprend le dessus. Les paroles en français expliquent le titre du maxi et le morceau se termine en s'auto-explosant. Passage à l'anglais sur les trois pistes suivantes, les effets sont de sortis sur "Floor", emmené par un refrain super entraînant, un peu de speed-funk en transition et les riffs recalment l'ambiance, dommage que la batterie ne se lâche pas avant le break qui relance le titre (à la KoRn "Freak on a leash"), les plans ont complètement changé et le retour du refrain nous rappelle que nous ne sommes pas encore à "Can't be cured". L'intro de ce dernier est assez jazzy puis la guitare s'ibérise, s'électrise, le piano appaise le tout, Alexis laisse sa voix partir dans un délire digne de Mike Patton et tout le monde s'emballe avec un riff métal martelé. Le titre le plus diversifié du combo, vraiment ouvert sur beaucoup de choses... et qui arrive assez bien à les assimiler. Retour à l'acoustique avec "Alone", une balade qui elle aussi se transforme peu à peu et se charge en agressivité (et en choeurs un peu déplacés).
Jouant sur les deux registres rock et métal, à la manière d'Incubus, les Phi-One appliquent leur philosophie à leur musique et démontrent que leurs idées ne sont peut-être pas si utopiques que ça....