Pastors of Muppets Il y a 10 ans, imaginiez-vous vivre une telle aventure ?
Non, je ne crois pas ! Non ne savions pas du tout où nous allions. On essayait simplement de répondre à ce défi un peu stupide de faire du métal en fanfare. On a vite senti qu'il se passait quelque chose qui nous plaisait, tant musicalement qu'humainement, mais on ne savait pas qu'on serait encore en train d'essayer de nous améliorer 10 ans plus tard, et encore moins qu'on enregistrerait 3 disques et qu'on jouerait au Hellfest, en Suisse, en Espagne et un peu partout en France. Et on ne sait toujours pas où on sera dans 10 ans !

Pourquoi avoir sorti un album au lieu d'un nouvel EP ?
Cet album contient 5 titres nouveaux et 5 titres d'un EP numérique qu'on avait appelé Heavy meal et qui rassemblait déjà des titres enregistrés par 2 batteurs différents. Il symbolisait le passage de relais entre ces 2 musiciens, car la batterie est le coeur de notre groupe. Le seul instrument issu du métal, et donc celui qui donne à la fois le son et la particularité de notre brassband. Heavy meal raconte que notre nouveau batteur, Simon "Kannibal" Renault, prend les pouvoirs du premier batteur démon, Nicolas "Tyko" Larronde, en le dévorant. Car Tyko avait été envoyé par les Dieux du Métal pour former cette dream team de rockers déchus et les forcer à jouer des instruments à vent plutôt que des guitares. Les personnages que nous représentons sont Slash, Lemmy, Axl, Kurt, Joey Ramone, un punk inconnu, Angus, Dave Mustain... Mais si le visuel de l'EP numérique est en lien avec cette histoire tordue, nous n'avions pas trop communiqué dessus. Il nous semblait donc important de sortir ces morceaux en album physique pour nos 10 ans, en rendant un meilleur hommage à nos 2 batteurs et à ce qu'ils représentent pour le groupe. Un clip sur le titre "Locust" racontera notre évolution machiavélique très prochainement, et le livret et les photos de Heavy birthday en parlent aussi.

Vous avez démarché des labels ou passer par Pleins Poumons Prod et le crowdfunding, c'était un choix ?
Nous n'avons pas démarché de label. On a la chance d'avoir su se structurer assez rapidement grâce à notre manager des débuts, Julien Fraisse, à qui nous devons beaucoup. Puis notre association Pleins Poumons Prod a été gérée par une amie administratrice, Julie Coudroy, on ne parle pas assez des personnes dans l'ombre, pourtant leur travail est indispensable, alors j'en profite pour les citer ! Depuis quelques temps, nous gérons tout nous mêmes, et ça nous plaît de rester indépendants, bien que ce soit difficile évidemment de penser à tout. Donc nous avons appris à faire tout ce qu'il fallait pour être libres d'avancer comme on le souhaitait. C'est du travail, mais c'est un choix. Et le crowdfunding nous permet de fidéliser, de communiquer et de produire des albums, des clips et plein de choses sans se mettre dans le rouge. On remercie beaucoup les gens qui nous suivent, nous font confiance et grâce à qui on peut continuer à voir un peu plus loin toujours !

Désolé mais voilà quelques questions qu'on doit souvent poser : comment sont choisis les titres ?
Souvent en concertation avec le batteur. Un des musiciens cherche ou découvre un titre qui lui plaît et dont il pense qu'il sonnerait avec les Pastors. Le batteur a un droit de veto, c'est le seul ! Une fois le batteur convaincu à coups de fouet, l'arrangeur écoute, relève, écrit les partitions. On les joue en répétitions et on décide assez vite si ça fonctionne ou pas. Mais d'autres fois on répète des morceaux pendant très longtemps pour les jeter parce qu'on n'a pas trouvé la solution pour le faire sonner comme il faudrait. Des fois ça marche de suite. Un des titres de Heavy birthday, "Hangar 18" de Megadeth, avait été arrangé il y a 7 ou 8 ans je pense. Certaines parties nous semblaient injouables, notamment niveau solos. En tout cas on n'y arrivait pas. Depuis on a progressé, physiquement tant que techniquement et musicalement, et l'arrangeur de ce morceau l'a ressorti il y a 1 an. On a fini par l'enregistrer tellement il nous a plu !
Une des contraintes principales est la mélodie du chant. Beaucoup de titres nous plaisent mais le chant n'est pas repiquable ou interprétable avec nos tubes. Du coup on laisse tomber...

Vous n'avez pas encore enregistré de reprise de groupes français ou je l'ai ratée ?
Non effectivement, pas encore ! Mais n'y vois rien d'intentionnel !

Est-ce que certains morceaux n'ont pas pu être arrangés et donc définitivement abandonnés ?
Oui, en exemple "From the sky" de Gojira qu'on a un peu joué, notamment au Hellfest 2010. Mais on trouve qu'il ne sonne pas assez bien alors on a abandonné. On a abandonné "Bullet with butterfly wings" de Smashing Pumpkins aussi, à peu près pour les mêmes raisons musicales d'ailleurs. En tout on a dû jeter une bonne vingtaine de morceaux, sur 50 je pense. Du Sepultura, Faith No More, Dream Theater...

Comment prendre les décisions quand on est une dizaine ?
On essaie de prendre tous les avis en compte, et il y a un petit noyau qui décide. Et pour certaines tâches, il y a un chef auquel on s'en remet (répétitions, musique, concerts, merchandising, son, tracklist, playlists etc...). Il y a même un chef Ricard !

Quand vous décidez de mettre du chant sur "Freedom", tout le monde est d'accord ?
Oui, on essaie. Alix "Kurt" Tucou a bossé pour, on lui laisse sa chance évidemment ! C'est pas facile ! Et puis il nous convainc, et en plus de cela on a enfin pu jouer du RATM grâce à lui !! Le chant n'est pas suffisamment riche mélodiquement pour être repris par nos instrus, et les riffs de RATM sont tellement jouissifs. Alix est à New York depuis 2 ans. On ne peut plus jouer ce titre en live, c'est dur...

Pastors of Muppets -Heavy birthday C'est facile d'accorder vos emplois du temps respectifs ?
Non. Bien vu. C'est presque impossible. Le chef répétitions perd la boule ! Ça nous ralentit beaucoup, mais on apprend à se plier au rythme du groupe. Il faut que chacun puisse prendre du plaisir quand il est là et ne se sente pas obligé. Le moins possible. C'est une stratégie plus ou moins consciente qui s'est installée en 10 ans pour que le plaisir reste, que le groupe tienne, malgré les ambitions de chacun et les moyens contraignants. Mais je t'assure que ça en vaut la peine. C'est une superbe aventure humaine, avec bien sûr des frustrations chez chacun, des revirements de situation etc, mais ce qu'on tient est très précieux pour beaucoup d'entre nous !

Physiquement, c'était pas trop dur le Hellfest ?
On commence à avoir l'habitude (rires) Et on était bien reçu, donc on a pu se reposer quand c'était nécessaire, voir quelques concerts ! Donc non, ce n'était pas trop dur.

Vous en avez profité pour initier des élèves, vous pensez plus créer de vocations vers la fanfare ou vers le métal ?
Ni l'un ni l'autre ! Les Pastors c'est 80% de profs de musique ! Nous essayons de développer ce principe des Pastors Class, basé sur notre répertoire (adapté au niveau des élèves), parce que ça fait partie de notre démarche de musiciens et de profs. L'idée n'est pas de créer des vocations de métalleux ou de fanfarons, mais de faire en sorte que chaque apprenti musicien (ce que nous restons toute notre vie !) se sente libre de jouer la musique qu'il aime avec l'instrument qu'il aime. De contourner l'enseignement traditionnel des conservatoires ... que nous défendons et au sein desquels nous travaillons par ailleurs ! pour donner des pistes alternatives aux jeunes musiciens. Leur faire comprendre que s'ils veulent faire de la musique, ils peuvent la faire comme ils veulent. Et puis c'est aussi un entraînement technique car le métal nécessite de bonnes bases !

Vous préférez jouer en mode fanfare qui déambule ou sur une scène ?
Les deux pratiques sont très différentes et je ne vais pas parler au nom des 12 musiciens. Mais nous jouons principalement en rue, et je crois que c'est notre environnement "naturel". La proximité avec le public, le côté convivial et chaleureux de la fanfare est très précieux pour nous.

Pourriez-vous créer vos propres compositions ?
Nous avons essayé, mais pour le moment rien d'abouti. C'est une toute autre direction, il faudrait apprendre à travailler autrement et le visage du groupe changerait beaucoup. Mais les portes ne sont pas fermées, ce n'est juste plus à l'ordre du jour.

A part MetallicA, avec quel groupe aimeriez-vous travailler ?
Ahahah ! Pourquoi MetallicA ? Je ne sais pas si on supporterait leurs egos ! Évidemment, si on avait la chance de jouer avec un des groupes que l'on reprend, ce serait quelque chose d'inoubliable. Quel qu'il soit !

Qu'est-ce que vous voudriez comme cadeau d'anniv ?
Jouer avec MetallicA ?! (rires)