Pastors of Muppets -Heavy birthday 10 ans que les Pastors of Muppets existent ! Ou presque car des textes apocryphes voient un embryon de combo dès 2006. Peu importe, au départ, ce n'étaient qu'une bande de Girondins fans de Métal qui ont voulu mixer leur amour de la fanfare et de MetallicA (leur première cover étant "Master of puppets" ou presque car les mêmes textes apocryphes parlent de "Digging the grave") et le tout sans suivre l'exemple d'Apocalytica qu'ils découvriront par la suite. Outre les traditionnels cuivres des brass bands (trombones, saxophones, trompettes), ils incorporent des instruments dont on connaît moins les noms (sousaphone et euphonium) et même une batterie (en l'occurence au début c'est Niko, aussi batteur de Jenx, aujourd'hui c'est Simon) et c'est à pleins poumons qu'ils déambulent dans les rues, les bars, les festivals. Un premier EP (Fanfare metal en 2008), un album éponyme (2012) où ils remettent les titres de leur démo, un EP intitulé Headbrassbangers !! en 2014, un autre dans la foulée (Heavy meal en 2015) et puis merde, ils ont déjà 10 ans et décident de fêter ça avec une nouvelle prod, ils retournent donc enregistrer quelques titres avec Cyrille Gachet (musicien pour Year Of No Light et Bagarre Générale mais aussi ingé son pour Mars Red Sky, Aerôflôt, J.C. Satàn...), les mélangent avec ceux du dernier EP pour sortir ce Heavy birthday.

Quiconque a déjà essayé de sortir un son d'un instrument à cuivre sait à quel point cela requiert de l'endurance et de la maîtrise, reprendre comme ils le font des morceaux assez complexes et très variés (on passe de Down à Opeth via Black Sabbath) nécessite un travail d'orfèvre et des capacités hors norme. La fanfare locale pourrait bosser longtemps avant d'arriver à un tel résultat. Et si, en studio, on peut toujours imaginer quelques aides techniques pour gommer des erreurs, en live, Pastors of Muppets démontre tout son talent. La fête d'anniversaire s'ouvre avec "Locust" de Machine Head, ce n'est vraiment pas le meilleur titre des Américains mais la sauce brass band met en relief plein de petits détails plutôt agréable. Un bonne surprise pour commencer et deux hits absolus à chantonner pour les accompagner ensuite, les immenses "Sad but true" de MetallicA et "Back in black" d'AC/DC. On sait combien MetallicA se transforme bien et combien le groupe les apprécie, on a donc le droit à un peu de rab' à la fin avec "Creeping death", autre titre identifiable dès les premières secondes, des notes capables de hérisser les poils de pas mal de monde... La course effrénée que représente ce dernier n'a pas fait peur aux cuivrés qui, faute de public, ajoutent eux-mêmes quelques choeurs. Fanfariser "Pillars of eternity" de Down n'a pas dû être simple car les gars n'ont pas trop de saturations sur leurs instru' mais le résultat est là encore assez convaincant. Passé dans leur filtre, Megadeth devient tout mignon ("Hangar 18") et Black Sabbath un peu décousu ("War pigs"). Le combo s'étant déjà attaqué à Tool, ce n'est pas Opeth ("Master's apprentices") qui allait leur faire peur, le titre est long mais comme pour "Locust", on le redécouvre et on réécoutera la version originale différement. "Freedom" de RATM a le droit à un peu de "chant" mais cela dénote un peu. Quelques mots en intro comme pour "Domination" (Pantera), pourquoi pas, mais tout un titre, ce n'est pas utile.

Joyeux anniversaire aux Pastors of Muppets qui avec cet album s'inscrivent un peu plus dans le paysage métal français, déjà indispensables à tout bon Hellfest, ils pourraient l'être dans ta discothèque...