metal Métal > Owngame

Biographie > Attaque sonore à (la) Grenade

Au milieu des années 90, un jeune groupe répondant au nom de South Impact sévit du côté de Toulouse, à Grenade plus précisément. Non loin de là, School of Pain fait rugir son hardcore furieux jusqu'à ce que leur chanteur décide de jeter l'éponge. C'est alors que l'idée d'associer les deux formations sous South Impact fait surface. Ce dernier finit par rendre l'âme (il ressuscita par la suite) et Owngame naît en 2002, non sans une réduction d'effectif. Après une première démo, Ril (guitare et voix), Jean-Guy (basse), Fef (batterie) et Dave (guitare) en sortent une deuxième de six titres au début 2004 dans un style notamment proche de celui du NY Hardcore (Madball, Sick Of It All, Biohazard). En 2009 et après l'introduction d'un chanteur (Niko) et d'un nouveau bassiste, Owngame présente enfin son premier album autoproduit Perspective.

Owngame / Chronique LP > Perspective

Owngame - Perspective J'ai un profond respect et de la gratitude pour ce type de groupes modestes qui te disent au détour d'un mail, je cite : "Mais je te l'envoie quand même, comme ça si tu kiffes, ça te fera un skeud gratos". Et si je ne "kiffe" pas, il ne le sera pas (gratos) ? Trêve de plaisanteries. Occupés comme nous sommes au sein de l'équipe du webzine aux longues oreilles, c'est toujours avec une certaine désolation que nous laissons de côté certains disques qui valent vraiment l'écoute et l'écriture d'une chronique. N'étant aucunement un "mercenaire" de l'empilement de CD sur l'étagère, je tiens donc à parler de Owngame et de son petit dernier ou plutôt premier album, Perspective. Originaire de Grenade (vers Toulouse), cette formation n'est pas novice puisque qu'elle sévit depuis 2002 (et même avant si l'on compte l'aventure South Impact dont sont issus certains membres) à travers une musique combinant métal et hardcore. Auteur d'un artwork à l'esthétique relevant de la faute de goût mais non dénué de sens, Owngame avec leur auto-production redonne les lettres de noblesse à un hardcore qu'on aime et qui nous le rend bien. Si Snapcase, Madball ou Boysetsfire vous parlent, alors ne cherchez pas midi à quatorze heure et précipitez-vous sur cette galette ! Maîtres dans l'art de la frappe millimétrée et des riffs qui altèrent les tympans, les Toulousains nous offrent douze titres variés de très bonne facture. Et ceci n'aurait pas pu l'être sans l'apport indéniable des mélodies qui rendent un côté émo agréable au combo et contrebalancent avec l'agressivité pure du hardcore et du métalcore (oui, vous aurez droit à des soli aussi). Sans parler de leur groove (le début de "Needs dreams" en est un exemple), Owngame, à l'image d'un Dysfunctional By Choice dans un tout autre style (quoique !), a les armes pour attirer les déçus de tout ce qui est trop "core" de nos jours. Voilà qui devrait annoncer de bons shows en perspective.

Chronique Compil : Owngame, Compilation Made in Tarn