metal Métal > Ol'Dirty

Biographie > (Ol')Dirty Pretty Things

Fondé en 2009 à Sainte-Maxime près de Toulon par Daddy (chant et guitare), Will (basse) et Sly (batterie), Ol'dirty est un crossover metal qui peut faire penser au groupe Skindred en bien plus rapide et violent néanmoins. Le son, particulièrement travaillé comme la nature bien punchy de leur metal, rappelle KoRn ou Pantera. En 2010, le groupe passe par le Kallaghan Studio pour mettre en boîte son premier EP, qui paraît l'année suivatne sous le titre Get fat. Un premier album est programmé pour 2012.

Ol'Dirty / Chronique EP > Get fat

Ol'Dirty - Get fat Ol'dirty : du gros bois qui envoie les mecs ! Ce trio français nous offre un son aussi accrocheur que celui de KoRn. Survolté, "Shugg Pt.2", premier titre de l'EP, vous fera comprendre pourquoi on peut déjà comparer ces jeunots aux plus grands. Techniquement parlant, les compositions sont vraiment impressionnantes et du groupe émane une prestance folle (à laquelle on ne s'attend pas quand il s'agit d'une première production). Et le tout en anglais s'il-vous-plaît ! Avec ces cinq titres à perdre haleine vous aurez de quoi tomber raides dingues de Get fat, premier EP de ces messieurs (eh oui, des jeunots vous disais-je).
Produit dans l'antre du Kallaghan Studio (Babylon Pression, Hewitt, Really Addictive Sound...), ce cinq titres enflamme le sang comme peu de groupes arrivent à le faire. Le son (réglé pour être le leur, bien couillu) rappelle l'énergie des japonais de Maximum The Hormone (sûrement aussi parce que dans Ol'dirty le bassiste est d'un excellent niveau). "The big crank" a acquis haut ma main ses lettres de noblesse car niveau basse on n'entend pas ça tous les jours (oh que non). Du groove, une attitude et des riffs rock'n'run, ce Get fat est sans temps mort et vraiment vivifiant. Le dernier morceau, "Fahrenheit", confirme que le trio a un talent d'enfer pour ce qui est de nous ravir les oreilles de morceaux survoltés.
Derrière les fût, Sly (Damien) est un monstre et ce n'est pas l'intro de "Crystal" qui démentira mes propos. Le ragga trouve aussi sa place avec brio au milieu d'élancées speed et puissantes, tout comme une chanson parodique espagnole vient se placer dans "Lumberjack". Ils sont fous, les paroles sont drôles, le son est costaud et d'excellente qualité. Pourquoi se priver ? Inspirés par Pantera, Mike Patton, Meshuggah, Skindred ou encore Mr.Bungle, Mathieu (chant et guitare), Will (basse) et Sly (batterie) enregistreront leur premier album en 2012. Si ceux-là vous ne les surveillez pas, je ne sais pas quoi vous dire.