metal Métal > O Kee Pa

Biographie > O Kee Pa ?

La recette magique de O Kee Pa tient à peu de choses, en effet : prenez 3 copains, issus d'une formation thrash-tribal, ajoutez-y un quatrième larron au chant, venant d'un groupe fusion-métal, pimentez le tout de boucles de percussions d'Afrique de l'Ouest... Voilà comment en 2001, O Kee Pa voit le jour. Le style de O Kee Pa, c'est une mixture de métal, assez plombé, avec des percussions africaines. Les influences revendiquées sont Watcha, Dead Can Dance, Mamady Keïta (Maître djembefola) et Magma, mais O Kee Pa est également à rapprocher de groupe comme Drill Kill Logic, Slipknot, Mass Hysteria ou Lofofora. Si la musique de O Kee Pa s'inspire d'Afrique de l'Ouest, le nom de O Kee Pa vient lui du nom d'une cérémonie des indiens Sioux, la danse du soleil, fêtant le passage initiatique des enfants mâmes vers l'âge adulte.
Comme l'a dit à tous les griots, le grand maître djembefola, Mamady Keïta : "La vérité viendra de la percussion".

O Kee Pa / Chronique EP > Derdeba

o kee pa : derdeba Derdeba, "rite de possession" dans un dialecte sud-marocain, désigne le passage à l'état de transe grâce aux rythmiques. Derdeba est la deuxième production de O Kee Pa, après leur démo 3 titres Introversion.
Si Sepultura s'appuie sur de nombreuses percussions brésiliennes, les percussions africaines sont l'éléments fondateur de la musique de O Kee Pa qui s'en sert de manière constructive et intelligente, contrairement à leur utilisation dans Slipknot, juste présentent pour donner plus de masse à leur production sonore.
Un chant en français, des paroles non-dénuées de sens, mais qui ne se veulent qu'un humble appel à la réflexion et peut-être à réagir, O Kee Pa a plus d'un atout dans son sac. Les 4 titres de Derdeba sont d'une facture plus qu'honorable et leur groove d'une efficacité redoutable. Déluge sonore, transe rythmique, qui vire à la syncope rythmique recouvert par un chant solide, "0°" est un bloc de métal en fusion, cinglé par des vents de sable, des épisodes de calmes intérieurs, des périodes de violences inouïes, des instants de lucidité métaphysique à la musicalité enchanteresse. "Mamba" et "Inspire" plombe l'atmosphère de leur percussions, de leur groove tribal et de cette attaque systématique de chaque temps. Suintements de guitares et chant un peu feutré, "Inspire" commence doucement sur un frétillement de percussions, un mastering un peu faible et des effets douteux mais que les samples et l'avalanche sonore qui suit fait vite oublier, un chant céleste s'ajoute à cette alchimie synthétique dont la violence se déchaîne bientôt, -la haine, la vérité-. Joyeux bordel pour le dernier titre "L'automotive", éboulements sonores, rythmique binaire, flux et reflux métallique, O Kee Pa montre sa capacité à mélanger percussions, guitares et chant en une osmose du métal et de la percussion africaine.