NVRVD - Coma Guerilla grindcore-hardcore-rock au cœur d'une jungle urbaine oppressive et métallique à souhait, le premier effort des NVRVD aka Never Void, découverts quelques mois plus tôt au détour d'un split avec les suisses de Coilguns (l'album sort du reste sur Hummus Records, le label fondé par ces derniers), est une arme de destruction auditive à ne pas mettre entre n'importe quelles mains. Un objet qui, une fois passées les premières secondes d'introduction et de mise en ambiance larvée, balance une série de torpilles supernoïsiques venant ébrécher et malmener sauvagement les enceintes comme les conduits auditifs des auditeurs avec une férocité des plus cinglantes ("Oberohe", "Impartial eyes").

Une violence crue mise en exergue par une production rêche, DIY et sans concession (il se dit que l'album aurait été composé et enregistré dans un coin un peu perdu d'Allemagne, quasi inhabité, dans une maison au fin fond des bois... ambiance), les Allemands jonglent avec les étiquettes : hardcore, crust, rock, grind... pour les expédier sans vergogne dans le mixeur, appuyant sur "on" avant de contempler, goguenards, la mixture qui en sort bruyamment, mais un peu comme ça vient aussi. Et celle-ci se révèle bien salvatrice bien que parfois bordélique ("We are") avant de soigner ses ambiances, cautérisantes ("An echo to your unbiliefs"), dans un contexte "d'après apocalypse" sonore décharné. Pour finalement relancer la mécanique de plus belle ("No heaven") et d'assommer l'auditeur façon bûcheron teuton vraiment pas content.

Après 22 minutes d'une belle décharge sonore conclue sur "Niederohe", on ressort du Coma en s'étant ramassé une belle dérouillée sonore qui nous laisse les trois quarts du corps endolori. L'intégralité, ça aurait été encore mieux mais ce sera pour la prochaine. En attendant, voici un énième représentant d'une certaine scène post-machin bien hargneuse et faite-maison qui, à la manière d'un Alpinist, d'un Cursed ou d'un Trap Them vs Pulling Teeth désencrasse plutôt bien les cages à miel. Viril et joliment forcené.