metal Métal > Minushuman

Biographie > Minus human

Formé par Cédric M. (chant), Mickael D. (basse), Gaspard J.R (batterie), Lionel B. (guitare) et Thomas B. (guitare, chant), Minushuman, à ne pas confondre avec le morceau de MetallicA a été fondé sur les cendres de Dark Poetry (10 ans de "carrière", 3 démos et un album au compteur), dont sont issus quatre des cinq membres actuels du groupe. En 2007, le nouveau projet est activé et après quelques répètes et séances d'écriture intensives, le quintet entre en studio pour mettre directement en boîte son premier album : Watch the world die, lequel sort l'année suivante dans les bacs. Quelques soucis de label plus tard et le groupe met en boîte son deuxième album au cours de l'hiver 2010/2011 puis signe chez Season of Mist (Dillinger Escape Plan, Klone...).

Minushuman / Chronique LP > Watch the world die

Minushuman - Watch the world die Un label, à la base, ça aide un groupe à produire sa musique (ou pas), ça fait presser un album, ça se débrouille pour le mettre en magasins et parfois... ça oublie de bosser la promo correctement, surtout quand il est Français. Du coup, c'est deux ans après sa sortie que "Watch the world die" et ses neufs torpilles metal/death thrashisantes débarquent dans la tannière du W-Fenec par le biais du... management du groupe. Logique implacable quand tu nous tiens.

Rayon contenu par contre, pas de doute sur le pourquoi du comment, Minushuman délivre d'entrée de jeu un "Liquid" qui pose parfaitement les bases de l'identité musicale du groupe. Du gros mid-tempo qui aère suffisamment son propos pour éviter de s'enfermer dans ses clichés, des riffs taille patron qui castagnent à sec, breaks biens sentis et vocaux de circonstances, le groupe rentre dans le lard et fait ça très bien. Du bel ouvrage confirmé par la suite, sur un "The sixth mass extinction" lancé à vive allure ou l'immense "Empire", véritable monolithe death metal massif que l'on se prend dans les conduits un peu comme si on devait se faire rouler dessus par toute une division de panzers. Niveau originalité, on repassera. Par contre en ce qui concerne l'efficacité, ce Watch the world die est bien carton.

Et comme en plus le groupe essaie (avec une certaine réussite) de varier son propos, notamment avec l'excellent et tout aussi guerrier "All keeps falling down", nous derrière, on encaisse. Heavy, puissant et salvateur, parfaitement en place et plutôt inspiré dans son écriture, Minushuman avance en imposant une certaine logique dans la continuité de son album, se laissant aller à quelques tentation progressives ("Failure") avant de remettre les gaz en mode moissonneuse batteuse métallique sur "Time zero" ou "The new order". Titres sauvagement burnés, des passages légèrement atmosphériques, d'autres plus prog, évoluant entre old et new-school, gros metal qui tâche ou rock lourd et versatile (l'éponyme "Watch the world die"), le groupe se bonifie au fil des titres et livre au final un album de très honnête facture, agrémenté de quelques vraies pépites (dont le titre final, "Round circles"). Mention très bien.