metal Métal > Meikwei

Biographie > Meikwei

"Meikwei" : alcool de riz chinois parfumé au pétale de rose. Le truc qui déboîte sévère puisque ça va chercher du côté d'un petit 50°. Sinon, Meikwei c'est également un groupe qui se revendique grunge, rock, metal mais également parfumé à la rose (le poste de batteur étant occupé par une demoiselle...). Outre une batteuse répondant au prénom de Ninon, Meikwei se compose de Mano (basse), C-drik (guitare) et Manus (guitare, chant, percussions). Depuis 2002, les quatre membres du combo jouent ensemble et rodent leurs compos un peu partout en live notamment aux côtés de Kwamis ou The Arrs et notamment sur une démo 4 titres sortie en 2004 et bien évidemment autoproduite. Eté 2005, le groupe passe à la vitesse supérieure et retourne en studio pour accoucher cette fois de son premier véritable album : Seul.

Meikwei / Chronique LP > Seul

meikwei_seul_artwork Avec leur esthétique de BD et leur nom inspiré d'un alcool fort, rien à redire niveau communication, les Meikwei savent attirer le coup d'oeil, ou plutôt de tympan. En langage moderne, on appelle ça : marketing (sic). D'où un intérêt piqué au vif au moment de poser le CD sur la platine en se disant qu'avec un nom pareil, ça a plus intérêt à défourailler sévère. Et pour le coup, on est plutôt bien servi. Après un introductif et éponyme "Seul", aussi facile qu'inutile, Meikwei entre enfin dans le vif du sujet avec "Humanitude". Et là effectivement ça décape. Riffs oppressants, rythmiques massives et textes à tendance dépressive (-Infecté par la raison depuis longtemps-), le groupe livre 9 titres + une ghost track bétonnés d'un point de vue instrumental ("Posé sur moi", "Le long voyage de M. Nésie", "Croire en moi"...). Du rock/ metal à tendance grungy qui fait du bien dans les écoutilles.
Mais, et c'est malheureusement une constante, chez de plus en plus de combo estampillés "métal", le chant et le texte sont parfois en deçà des espérances ("Humanitude", "Néant"...). D'un point de vue vocal, le chant est efficace dans les passages les plus rageurs de la musique de Meikwei, mais à tendance à pêcher un peu sur les parties plus calmes. Quelques clichés au niveau des textes ont également tendance à alourdir (-je m'égare dans ma mémoire, retrouvez moi-, -comment pourrais-je croire en moi quand personne ne tient à moi-) un peu les compositions, même si au final, la qualité formelle des instrumentations rend l'ensemble plus que sympathique.
Reste un album assez bien produit qui offre autant de gros son que de plages calmes et qui joue continuellement sur une recherche d'efficacité maximale. Seul est pour un premier effort, un disque plutôt convaincant et apporte la preuve que le groupe a déjà trouvé son propre son et un visuel sympa, il lui reste évidemment beaucoup de chemin à parcourir et de défauts à corriger, mais Meikwei a sans doute les qualités pour faire quelque chose à court ou moyen terme sur la scène "metal" française.