metal Métal > Mechanical Seed

Biographie > Graine mécanique

Mechanical Seed se forme en 2006 à la Réunion autour de Fab (chant, guitare), Sam (batterie) et Tadz (basse), le groupe sort un premier EP Embrace the chaos en 2008, ouvre pour Watcha ou Lofofora, fait donc parler de lui et m'envoie le digipak que je ne chronique pas... Si la prod est pas mal, je dois manquer de temps ou recevoir de meilleurs CDs à l'époque pour ne pas rédiger d'article... Peut-être aussi pourrais-je reprocher au combo d'être trop proche de certains autres comme Coal Chamber ou encore de ne pas encore parfaitement maîtriser le chant qui pêche dans ses parties les plus agressives... En tout cas, cet Embrace the chaos n'a pas du passer bien loin d'un article mais nombreux sont les bons disques qui n'en obtiennent pas faute de temps de notre part...
Heureusement, une chronique (ou pas) ne change pas l'ambition et la volonté du groupe qui arrive en région parisienne, s'installe, se fait connaître, partage des scènes avec Memories of a Dead Man ou Seaholder, se renforce avec Pierrot (guitare) et enregistre un nouvel EP intitulé Lust and glory qui sort en 2011. Pas rancunier, le groupe me l'envoie et cette fois-ci, je m'attarde sur leur cas...

Mechanical Seed / Chronique EP > Lust and glory

Mechanical Seed - Lust and Glory Mechanical Seed s'est nourri de tout le métal produit dans les années 90 pour monter sa sauce, on retrouve donc, comme chez tous les groupes, plusieurs références de façon un peu plus net, parmi celles-ci il n'est pas original de tomber sur KoRn qui a marqué de nombreux combos tant dans la façon de gérer le rythme que le chant. En général, cela ne pose aucun problème... Et sur la plupart des titres de cet EP, KoRn est une influence parmi d'autres (même si certaines comme Coal Chamber doivent elles aussi beaucoup au groupe de Bakersfield), là où le bât peut blesser c'est quand on a l'impression que le groupe précurseur pourrait porter plainte pour plagiat et gagner son procès...

Un des titres de Lust and glory n'a donc pas sa place sur l'EP parce qu'il ne donne pas une bonne image de ce qu'est vraiment Mechanical Seed. Je me suis même interrogé sur le bien-fondé d'une chronique avec une telle erreur de casting... Mais comme le groupe a d'autres qualités, j'ai passé outre mais me permet de dire plus que clairement que "Scum" salit l'ensemble, c'est en effet un mixage entre "Divine" (guitare, rthmes) et "Good god" (chant) et si c'est certainement la meilleure période de KoRn, ce n'est pas une raison pour en servir une copie ! Les similitudes sont telles que j'ai cru à une reprise (pour "Divine") mais rien n'indique que c'en est une...

Pour le reste et donc l'essentiel, Mechanical Seed sait utiliser les effets, sait placer un gros solo quand il faut (même si ça doit sonner heavy), sait ralentir la cadence, sait quand placer des attaques au chant, sait profiter du studio pour fignoler ses morceaux, sait construire une ambiance, sait varier le ton et l'agressivité, Mechanical Seed domine donc son sujet au rayon néo-métal assez sombre et si le genre n'est pas révolutionné, c'est impeccablement exécuté. Il est donc d'autant plus dommageable d'avoir un plagiat parmi les 5 titres qui font le corps de cet EP ("Fallen angels" étant une intro assez classique et "Lust" une outro assez lugubre). Sans ça, la cure de jouvence aurait été parfaite...

[ [fr] Scum (Mechanical Seed): Deezer (23 hits)External / [us] divine (KoRn): youtube (13 hits)External ]