metal Métal > Madcraft

Biographie > in memoriam

Madcraft a une moyenne d'age de 21 ans, ce qui ne l'empêche pas de s'être formé en 1996. D'entrée, le groupe pose sur la table ses influences, sûrement pour ne pas se faire traquer plus tard :Madcraft appartiendra à la scène Métal/Hardcore française, scène qui ne fait que se valoriser de jour en jour. Mais Madcraft n'a pas l'intention de faire comme tout le monde et décide d'introduire dans sa musique des influences bien en dehors du métal, comme par exemple des sonorités jazz, funk mais aussi traditionnelles venant des pays du Maghreb, de l'Afrique Noire mais aussi de l'Amérique Latine.
C'est en 1999 que Madcraft connaît un tournant dans son évolution :c'est l'arrivé de Manu, deuxième chanteur accompagnant dorénavant Medhi, Manu qui a des influences Rap/Ragga. C'est cette arrivée qui permet aux compères parisiens de trouver leur identité musicale et, selon, eux, leur maturité.
Madcraft , dans le but d'avoir un support pour se faire connaître et pouvoir démarcher, enregistre son 1er 4 titres autoproduit nommé " Harissa-Core ". La galette a été enregistrée et mixée par Stephan May, ayant déjà travaillé avec des groupes comme Kobal. En outre, Madcraft figure sur l'excellente compilation métal français " Attentat sonore " où y figure " Jeunesse sur champs de mines " au coté de grosses pointures du métal en France comme Mass Hysteria ou Oneyed Jack pour ne citer qu'eux !
Mais Madcraft est aussi et surtout un groupe de terrain. Le live semble très important pour la formation des 5. L'équipe a, à son actif, une trentaine de concerts dans la région parisienne et commence depuis peu à jouer en province. Madcraft a , entre autre, joué avec Black Bomb Ä, Aston Villa, Masnada, Enhancer,...
Le line-up : Fonky Benj (guitare) + Slappy Seb (basse) + Kinrou (batterie) + Medhi (voix, guitare, darbouka) + Manu (chant).

Madcraft / Chronique EP > Sans attendre que les choses viennent

madcraft : sans attendre... Ah, chouette un nouveau Madcraft ! un petit peu plus d'un an après la sortie de Harissa Core, quelle bonne surprise de recevoir ce nouveau mici cd 5 titres. Première constatation et non des moindres, Madcraft se professionnalise, et se crédibilise encore un peu plus. Dossier de presse, album dans un vrai packaging, livret avec paroles, Madcraft est passé un cran au dessus. Et la musique me direz vous ? bah ne vous faites pas de soucis, de ce coté là, ça cartonne sec aussi. 4 titres enregistrés chez Francis de Miserecords (Dysfonctionnal By Choice) plus un titre issu d'un live de novembre 2000 pendant l'excellente soirée Sonotome organisée par E-Zic, composent cet album qui est distribué par Musicast. Dès le premier titre, "Personne à l'écoute", on reconnaît le style des 5 parisiens. Guitare funk accompagné de wha wha, une basse/batt déjà efficace, un échange de voix entre Manu et Medhi, et on rentre dans le vif du sujet avec une bonne vieille fusion. La fusion tout de suite accouplée à un rythme hardcore bien lent, bien lourd, bien…bon. Les textes sont mi-français, mi-anglais, mais à 1OO% engagé, disons plutôt réfléchi. Le son est un peu trop aigu pour ma part, mais il faut reconnaître tout de même que ça le fait bien. "Temps de réflexion", le calme après la tempête, une basse batterie bien jazzy, un rapé à 200 à l'heure, toujours ce coté funk à la guitare, on en démord pas. La mélodie est omniprésente pendant le refrain malgré cet aspect brutal, on est sous le charme. Incontestablement. Toujours des textes bien pensés, ils le reconnaissent, ça ne sert à rien d'écrire pour ne rien dire. Tout à un sens. L'émotion pointe son nez, et comme si de rien n'était le funk prend le dessus, pas le temps de souffler, ça cartonne, ça s'énerve. Bien vu. Comme sur le premier cd , Madcraft s'essaie avec brio à un instrumental bien oriental. Comme quoi on peut jouer du funk, du métal et kiffer les rythmes de l'Orient. Et le meilleur dans cette histoire c'est que Madcraft ne se loupe pas ! Guitare acoustique, percussions, tout cela nous embarque dans un voyage à travers les frontières, comme dans un rève. Mais soudain tout s'accélère, tout s'emballe sans jamais rencontrer le brutal. Un joli titre. "Belleville brûle t'il ?" à cette question, je ne peux que répondre que par l'affirmative. Ou du moins, ça ne va pas tarder car ce titre est chaud, extrêmement brûlant. Assurément le titre le plus énervé de l'album, à grand renforts de disto, de slap et de hurlements relayés par un rap précis. Ça tue !!! encore une fois, les textes sont forts, cette fois cela concerne un quartier qui, comme un homme, meurt car on le laisse dépérir. La fin du morceau part dans des contrées acoustiques très atmosphériques, avec encore des percussions. Et ça repart, la furie gagne le terrain pourtant adoucie quelques temps plus tôt, pour finir sous un délire techno mais sans boucles, mais plutôt avec une guitare ravagée et une batterie hyper disco !!! Yes, ça le fait ! Sans attendre que les choses viennent se clôture (déjà !) par un inédit live. Le son, pour un morceau enregistré en public, est plutôt bon. Et grâce à ce titre, on retrouve la vraie nature de Madcraft, c'est-à-dire la scène, le live, la sueur, l'énergie, pour un morceau dans la veine de ce disque : alternance de passages, bonne coordination des voix. Peut être pas le meilleur morceau du cd, mais c'est de l'authentique. Madcraft a progressé, ça se sent même si parfois j'ai le sentiment que le son n'est pas encore à la hauteur du talent de la musique. Mais surtout si vous avez l'occasion de les voir en live : n'hésitez pas, déplacez vous, vous ne serez pas déçu !

Madcraft / Chronique EP > Harissa-Core

madcraft : harissa core Harissa-Core se présente sous la forme d'un cd quatre titres contenant 3 morceaux chantés et un instrumental. La pochette, assez original, intrigue, tout comme le nom qu'elle porte, et c'est avec interrogation que l'on glisse la galette dans un lecteur Cd. Et là, c'est vraiment du bon son que Madcraft nous sert tout au long de ces 16 minutes. C'est à " jeunesse sur champs de mines " d'ouvrir le bal, et tout le ton est donné ! Madcraft joue la diversité, le dynamisme. La mélodie est on ne peut plus présente, funky à souhait, résultat rendu par une batterie, une basse et une guitare inspirées. Le chant rap se place sur un fond de wha wha et de breack de batteries dans tous les sens. Une deuxième voix rajoute son grain de sel et boum, ça fait mal, la cadence se fait plus lourde, le hardcore est lâché, tout cela avec énergie et sans fioriture. Le mélange des voix du rappeur et du " hurleur " est significatif du message musical que le groupe veut passer :mélange+diversité=richesse et réussite ! Le hardcore boosté se fait de plus en plus lourd, c'est bon, on en redemande. Puis " Crossin' the line " prend le relais avec toujours cette guitare souple et légère en intro, une rythmique en place, un chant posé mais revendicatif, et la bête est lâchée, le tempo est plus lourd, les saturations digérées. Et en plein milieu, cette rythmique funky peut être un peu excessive au niveau du chant, trop décalée peut être par rapport à la mélancolie rythmée des couplets. Le morceau est tout de même bon, cette impression de vouloir trop en faire est vire oublié quand on prend conscience de la qualité de cette maquette. Le morceau termine par une grosse rythmique métal bien grasse, bien lourde et jouissante à souhait. " Harissa-Core ", l'instru du 4 titres, démarre sur des rythmes de darbouka de Medhi, pour se poursuivre sur une grosse rythmique métal. Les notes s'enchaînent, c'est du tout bon. Et c'est déjà la fin du mini cd avec " Orpheus process " avec toujours cette recette qui s'avère gagnante de commencer le morceau très posément, mais cette fois ci, c'est à la basse d'ouvrir. S'il vous plait. Et paf, le rythme s'accélère, le médiator devient plus dur, les futs sont martelés, les vois saturées à souhait. La pression, sans retomber, nous laisse respirer avant de repartir avec des hurlements et une voix entétente. Breack, on se calme, la voix se fait plus gracieuse, et tout le monde repart de plus belle dans un fracas bien emmené. Et encore une fois, Madcraft calme le jeu à sa façon et la mélodie reprend le dessus pour ne jamais lasser l'auditeur. Ce premier 4 titres de Madcraft est très encourageant pour l'avenir de nos 5 musiciens qui n'ont plus qu'à concrétiser ce bon début par un album complet ! Là où certains jouent une musique à la mode, Madcraft réussi à se distinguer en apportant sa touche personnelle qui ne pourra lui apporter que des bonnes choses .