metal Métal > A Lost Fear

Biographie > Factory ?

A Lost Fear est un groupe de métalcore surpuissant qui nous vient de la région de Caen, formé en 2005 avec l'idée de sonner comme Haste the Day ou Atreyu, le groupe enregistre une première démo 4 titres au Studio de la Souleuvre (Guns of Brixton, Headcharger, Amanda Woodward, 64 Dollar Question...) début 2007, elle leur permet de jouer avec AqME ou Noid et d'être encouragé à retourner en studio pour un EP intitulé Autumn qui sort en mai 2009. Après deux changements de batteur, le groupe se compose aujourd'hui de Pierric (chant), Will et Rudy (guitares), Ben (basse) et donc de Jim (batterie), ces cinq-là ont commis un premier album explosif : Through the elements.

A Lost Fear / Chronique LP > Through the elements

A Lost Fear - Through the elements Gros HardCore et mélodies fines, voilà la recette de base du métalcore, A Lost Fear l'applique avec délectation mais là où ses aînés américains (au hasard Killswitch Engage ou Bleeding Through) ou allemands (toujours de manière totalement aléatoire Heaven Shall Burn ou Caliban) jouent sur la corde vocale sensible, ici, les Caennais ne lâchent quasiment leur chant guttural bien métal et n'apportent un peu de tendresse (dans un monde bien brutal) qu'avec leurs instruments. Donc si tu t'attends à des envolées mélodiques de la part de Pierric, il faudra repasser et pour le coup, c'est pas plus mal car ils sont quelques uns à s'être un peu cassés les dents à vouloir trop jouer les beaux chanteurs pour arracher une larme aux minettes, là, les textes viennent des tripes et (dé)gueulent dans nos oreilles. Le groupe laisse un peu de place à des parties HxC plus classiques agrémentées des sempiternels choeurs destinés à faire participer le public. Ce n'est clairement pas là-dessus qu'ils marquent le plus de points auprès de moi, par contre quand les guitares relâchent un peu la pression, ralentissent les cadences et adoucissent les effets, l'impact est garanti, ces parties juxtaposées à celles plus hachées et enrobées de petits solos forment un tout de grande classe ("The only purpose"). A tout cela, le groupe a eu l'intelligence de bien penser son album Through the elements pour en faire un bloc homogène qui s'écoute d'une traite poussant le vice à confondre "Underwater silence" (et son intro assez magique) avec "Standing at the edge of the world" par un enchaînement aussi naturel qu'abrupt !
En résumé : A Lost Fear déboule avec un bel artwork (avec les différents éléments qui sont au coeur de plusieurs textes), une très grosse production (quel son !) et des bonnes idées dans la composition, de quoi tout exploser et se faire une belle place sur la scène métal !