metal Métal > Lofofora

Biographie > cactus magique

C'est en 1989 lors d'un concert d'Iggy Pop à Antibes que se rencontrent Phil Curty (basse), Erik Rossignol (batterie) et Reuno Wangermez (chant). Avec un certain Karl à la guitare, ils décident de former le groupe Lofofora, en référence à l'autre appellation du Peyotl, un cactus hallucinogène mexicain. Les premières années riment avec répétitions au studio Luna Rossa à Paris. Dans un premier temps, ils jouent une musique proche des influences du groupe (Bad Brains, Dead Kennedys, Fugazi, Granmaster Flash, Public Enemy) et aboutissent rapidement à une dizaine de titres. En 1990-1991, le groupe commence à effectuer ses premiers concerts. Des rencontres avec Edgar Mireux (batteur) et Pascal Lalaurie (guitare) vont leur permettre de trouver une stabilité mais aussi d'élaborer les premières maquettes. Cette même année (1992), ils intègrent le collectif Sriracha Sauce qui leur permet de répéter à l'Hopital éphémère et de décrocher une cinquantaine de concerts l'année suivante. Autre rencontre déterminante, celle de Patrice Bonnetaud qui leur permet d'obtenir des subventions du Fair (Fonds d'action et d'initiative rock) avec lesquelles ils vont financer leur premier 5 titres qui contient notamment une reprise du "Zobi la mouche" des Négresses vertes. Celui-ci est pressé à 2800 exemplaires et sera commercialisé en 1993. Le groupe fait son petit bonhomme de chemin dans le paysage rock français : ils tournent même avec Iggy Pop durant une quinzaine de dates mais surtout ont les honneurs d'un passage aux Transmusicales de Rennes. Lofofora signe un contrat d'édition chez Polygram en 1994 grâce auquel ils enregistreront un premier album chez David Weber au studio Forces Motrices à Genève. C'est finalement Virgin qui prendra Lofofora sous son aile et sortira ce premier opus commercialisé en mars 1995. Cette même année verra également le départ de Pascal et l'arrivée de Farid Tadjene (ex-Fast Unity) à la guitare. Le groupe bénéficie d'une certaine popularité mais reste hélas toujours dans l'ombre des No One Is Innocent et autres Silmarils. Plus d'une décennie après, on peut dire que les Lofofora ont plutôt bien rattrapé ce retard sur ces formations en se taillant une réputation de groupe live hors-du commun via des kilomètres et des kilomètres de concerts. Les Lofofora ont connu une petite période de crise après l'album Dur commer fer et ont vu les départs consécutifs de Farid (guitare) et Edgar (batterie) remplacés par Daniel Descieux (Noxious Enjoyment) et Pierre Belleville (ex-Artsonic). En 2009, Vincent, batteur de Zoe, vient remplacer Pierre à la batterie. La solide discographie du groupe est aujourd'hui constituée par des albums studios, des lives ainsi que par un album mi-reprises mi-live (double). En voici le détail :

Lofofora EP / Maxi 5 titres (1994)
Lofofora (1995)
Peuh ! (1996)
Dur comme fer (1999)
Double, Live, reprises et nouvelles versions d'anciens morceaux (2001)
Le fond et la forme (2003)
Lames de fond, Live (2004)
Les choses qui nous dérangent (2005)
Mémoire de singes (2007)
Monstre ordinaire (2011)

Review Concert : Lofofora, Lofo voit rouge à l'Alhambra (avril 2012)

Review Concert : Lofofora, Le Bal des Enragés @ la Tannerie (fév. 2010)

Interview : Lofofora, L'épreuve de l'interview (sept. 2014)

Interview : Lofofora, Interview #4 : Ted vs Reuno (juil. 2009)

Interview : Lofofora, Interview #3 : Le fond et la forme par Reuno (mars 2003)

Interview : Lofofora, Interview #2 : Reuno (mai 2001)

Interview : Lofofora, Interview #1: Lofo à Dunkerque (octobre 99)

Lofofora / Chronique LP > L'épreuve du concert

Lofofora-épreuve concert Au cours de son aventure, Lofofora a déjà passé le test de L'épreuve du concert gravé sur disque avec Double d'une part, puis sur un Lames de fond, doté pour l'occasion d'un DVD, qui survenait sur la tournée de Le fond et la forme. Jamais deux sans trois donc avec L'épreuve du concert, un état des lieux d'un groupe en live qui, après 25 ans de carrière, n'a que très rarement fauté sur les planches. Et ce n'est pas votre serviteur qui, les ayant vu plus d'une dizaine de fois toutes périodes confondues, vous dira le contraire. 17 titres composent le disque avec une belle mise à jour de la set-list, puisque ce n'est pas moins de 4 albums qui sont sortis depuis Lames de fond, sans compter la reprise d'"Ilôt Amsterdam" de Parabellum afin de rendre hommage au copain Schultz décédé au moment de la sortie de L'épreuve du contraire. Enregistré sur 2 dates (à la Cave à Musique de Mâcon et à la Vapeur de Dijon), ce disque met une fois de plus en valeur l'énergie brute et la virilité électrique du quatuor. La lourdeur des guitares (avec quelques pains à la clé) et du groove rythmique font de Lofofora une machine loin d'être empruntée. Son grain sonore agressif est à l'image des textes incisifs de Reuno qui sait toujours comment titiller son public pour le motiver et le rendre sauvage. En somme, un live fidèle à la formation qui ne surprend pas et qui, pour sûr, sera réservé aux fans déjà bien établis.

Lofofora / Chronique LP > Mag #15

Mag 15 : Lofofora Mag 15 : Lofofora On envoie toujours du lourd avec une interview fleuve que nous a accordé Reuno de Lofofora mais aussi d'autres mots confiés par Helmet, Chapelier Fou, Kerretta et Orange Blossom ! Côté articles, tu peux lire notre avis sur les dernières sorties de Slash, Yob, Robot Orchestra, Merge, Lonely The Brave, Born Ruffians, H.O.Z, Unswabbed... Découvrir Empty Yard Experiment, Oliver, PigBearMan, Stevans, Peckinpah!, Under the Sun, White Ayrad... Tu peux aussi te plonger dans l'aventure extraordinaire vécue par Jose And The Wastemen au coeur de l'Amérique profonde, gagner des CDs, te faire peur avec un article trouvé dans la presse locale...

[fr] Mag #15: pdf (70 hits)External ]

Lofofora / Chronique LP > L'épreuve du contraire

Lofofora - L'épreuve du contraire Lofofora nous délivre l'année de ses 25 ans L'épreuve du contraire, un huitième album au titre inspiré et inspirant de par son jeu de mot évident. Parce qu'il est un devoir pour chaque individu de ce monde de se remettre constamment en question, provoquer la contradiction (coucou les Mass Hysteria !) et d'agir, non sans difficulté, à sa manière et/ou collectivement pour que les choses tournent dans le "bon sens". Et si on ne doutait point de sa motivation à garder son rang de haut représentant du rock métallisé hexagonale, le groupe continue à se tenir droit dans ses bottes lorsqu'il s'agit de dénoncer, souvent avec ironie, la folie du monde dans lequel nous vivons. Mû par sa passion des mots et de l'écriture piquante, Reuno s'exprime sans détour sur la montée inquiétante et, on ne peut plus d'actualité, des idées nationalistes ("Pornopolitique"), l'individualisme qui mine notre société ("Le malheur des autres"), le machisme et la phallocratie ("Romance") et bien d'autres sujets tels que l'environnement ("Notre terre") et le malaise des rapports sociaux ("Contre les murs"). Produit à nouveau par Serge Morattel (Knut, Ventura, Hateful Monday...) dans un studio en campagne bretonne en quatorze jours, L'épreuve du contraire bénéficie du substrat sonore idoine pour porter cette rage verbale si familière au quatuor. Autrement dit, l'auditoire va recevoir une avoinée en mode business class à l'écoute de ce nouvel album, bien que les tempi et le ton varient en fonction des compositions. En êtes-vous sincèrement surpris ?

Car Lofofora reste Lofofora, formation qui a exploité jusqu'au fond des tiroirs la fusion punk-métal-rock. Indestructible, sa musique cultive le groove avec classe et ce dès le premier morceau, "L'innocence", brûlot taillé pour le live. Le groupe, toujours précis et énergique dans son entreprise, allie les riffs compacts et pondéreux à la fois néo ("Trompe la mort"), punk ("La tsarine"), rock US 90's ("Karmasutra"), métal ("Pornopolitique") ou post-métal/rock ("La dérive") et joue par moment avec de belles boucles de grattes résistantes ("Notre terre", "Pyromane") qui feront à coup sûr mouche sur scène, lieu où la formation excelle à mon sens. Pour preuve, son concert en juin dernier au Hellfest annonçant par la même occasion la couleur de cet album, a laissé de sources sûres certains des plus sceptiques sur le cul. Si Lofofora laisse encore quelques punchlines croustillantes dans cette œuvre, cette dernière manque cruellement, au vu de ses textes alarmistes, de morceaux plus légers comme il a su le faire auparavant avec "Buvez du cul", "Holiday In France", "Rock n' Roll class affair" ou "Weedo". Mais on apprécie toutefois l'équilibre plutôt judicieux entre les envies furibondes et pondérées de la bande de Reuno, à l'image de "Le malheur des autres", l'une des meilleures chansons du disque qui se trouve être un bon indicateur du climat de cet album en misant sur un chant mi-parlé, mi-gueulé sur une instrumentation pétulante. Il faut quand même bien cela car digérer 14 titres d'affilée à jeun n'est pas forcément une mince affaire, L'épreuve du contraire étant plutôt le genre d'album à consommer à maintes reprises pour ressentir réellement ses effets. Sans grande surprise, ce dernier, sonnant Lofofora comme jamais, devrait recevoir sans anicroche un accueil chaleureux de la part des séides et des personnes gravitant autour de la sphère rock-métal française.

Lofofora / Chronique DVD > Le grand retour

le bal des enrages - le grand retour C'était d'abord pour faire la fête sur une date, puis histoire de prolonger le plaisir, ils ont mis une tournée et comme on en redemande, Le Bal des Enragés remet ça régulièrement, avant de les revoir cet été, ils ont passé le long hiver 2012-2013 au chaud dans des salles combles. Lors de huit soirées, ils ont capté leur bonne humeur à reprendre les standards du Rock, du Punk, du Métal, de l'Indus... Devenu un véritable collectif à géométrie variable, on retrouve selon les titres des musiciens que l'on a pu voir ou voit encore avec Tagada Jones, Lofofora, Parabellum, Punish Yourself, Black Bomb Ä, La Phaze ou Loudblast (le petit Stéphane Buriez n'ayant pas pu résister à un tel programme). Une sacrée troupe qui met un sacré bordel sur des putains de chansons.

At(h)ome a la bonne idée (une fois de plus) de coupler le DVD live à un CD live et le disque n'est pas juste la bande son de la vidéo, on y retrouve certes quelques tubes présents sur le DVD mais le tracklisting apporte également 8 "bonus" avec les interprétations enragées de "My generation" des Who (toute basse en avant), du "Can your pussy do the dog" des Cramps (pour ceux qui font bien les chiens), des incontournables "Tostaky" de Noir Désir et "Antisocial" de Trust (dans les deux cas, le public est encore plus réactif), de l'hymne "'God save the Queen" des Sex Pistols, du légendaire "Ring of fire" de Johnny Cash (une chanson douce pour les vieux) ou encore "Maxwell murders" des Rancid et "Gotta go" d'Agnostic Front. Ajoute les covers de grands classiques de Marilyn Manson, Ministry, System Of A Down, Metallica, Sepultura, Berurier Noir ou encoreDead Kennedys et t'as 18 titres pour faire une paire de bornes dans la bagnole avec la banane et en hochant davantage la tête que le chiot posé sur la plage arrière.

Et oui, le gros morceau, c'est le DVD avec sa vingtaine de titres et ses images backstage... Plutôt que de prendre le titre par titre, on lance bien sûr le film et entrons au bal, populaire et enragé. Après l'intro, on se retrouve en balance à La Clef, la setlist est très longue mais avant d'attaquer le son, Reuno se lance dans les premières explications sur l'origine de ce projet de bande. C'est pas tout ça mais le matos ne se décharge pas tout seul, accompagné par la neige et Agnostic Front d'un côté à l'autre de l'hexagone, on découvre le montage de la scène et les derniers réglages avant de mettre le feu... au propre comme au figuré ! Et quand certains chantent sur scène, backstage, ça ne s'arrête pas (de chanter et boire, n'est-ce pas Vx ?), les changements de personnel, d'instruments et de déguisements se font plus en douceur que la distribution de riffs on stage (Rage Against The Machine, "Killing in the name of") où la guerre s'installe (Rammstein, "Feuer frei"). Ca descend de la canette ("Il est des nôtres" qui n'était pas sur la set list officielle) et on passe en mode keupon (Sham 69, "If the kids are united"), le temps de parler un peu des cadrages, du montage et de l'image, à part les plans larges qui sont un peu posés, le reste, c'est filmé comme il est possible de le faire au milieu d'un tel boxon, avec des petites caméras numériques, peut-être qu'un petit traitement sur l'image l'aurait rendu plus chaleureuse, le tout est envoyé de façon très énergique.

Après l'instant cuisine (autruche farcie à la chaussette) et déguisement (Stupeflip et la mise en sècne de "A bas la hiérarchie" oblige), on arrive à l'Alhambra avec un air de piano classique qui en étonnera plus d'un. Quelques pompes plus tard, "Hate to say I told you so" des Hives établit un lien avec Jimi Hendrix et son "Fire", c'est bien plus sympa qu'un plan galère sur une aire d'autoroute... Traverser le pays en tourbus, c'est pas toujours des vacances, celles des Dead Kennedys en Asie ("Holidays in Cambodia"), non plus (les blessures de guerre en témoignent). Quand Vx remonte sur scène, le punk old shcool est souvent de mise, l'amalgame The Exploited ("War") / Uk82 ("Disorder") fonctionne bien, le frigo du bus aussi. Kass et Reuno font la police suite à l'intervention de Lolo le fourbe (prochain héros de Strip-Tease ?) avec un superbe "Montre-moi tes nichons si t'as des couilles" et balancent un "Nice boys don't play rock n' roll" (Rose Tattoo).

On change les jeux de corde, on échange les vieux souvenirs entre Parabellum qui s'auto-reprennent avec "Cayenne". Petite saturation bucolique au Val d'Ajol au cultissime "Chez Narcisse" qui voit du "Beautiful people" débarquer. L'enchaînement entre Marilyn Manson et Ministry semblant naturel, il est conservé ici et on se prend donc "Just one fix" avec autant de bonheur que "La bière" (Les Garcons Bouchers avant de manger et de prendre une petite mirabelle digestive. Klodia prend le micro pour "remplacer" Joan Jett ("Bad reputation"), on reste avec Punish (mais Vx et pas mal de plans de la caméramicro) pour la cover des Stooges ("I wanna be your dog"), on rigole avec quelques vannes entre la poissonnerie et la revue de presse au troquet, la vie en tournée réserve quelques surprises... La très bonne reprise du peu évident "Chop suey" des System Of A Down n'en est pas une, l'enchaînement avec Metallica ("Enter sandman") est casse-gueule mais ça passe à l'aise, entre gens de bonne compagnie, pas de chichis... L'artificier explique un peu son métier et c'est fort logiquement l'explosif "New noise" des Refused qui nous est servi.

Les batteurs s'échauffent dans la séquence suivante parce qu'il va falloir tambouriner pour donner encore plus de relief au "Refuse/Resist" de Sepultura, il y a du monde sur la scène et le son gras tranche avec la guitare sèche (de Moustaki !?) qui déboule backstage l'instant d'après. C'est la fin du film (et du concert), et ce n'est pas Téléphone mais Trust ("Antisocial") qui fait chanter le public. La boucle se boucle avec Berurier Noir ("Vive le feu") et c'est terminé, tu viens de passer 2h20 avec Le Bal des Enragés et tu n'as pas vu le temps passé... Ils sont forts ces enragés !

Lofofora / Chronique LP > Monstre ordinaire

Lofofora - Monstre ordinaire Qu'avons-nous à rajouter sur Lofofora en 2011 ? Sérieux, rendons-nous à l'évidence. Il y a plus de vingt ans, la bande de Reuno et Phil aiguisait ses premiers couteaux à la Luna Rossa. Putain, c'est loin tout ça. Les épisodes Hôpital Éphémère, Virgin, Sriracha, des line-ups et j'en passe, ont fait de cette bête scénique un pionnier durable du rock à gros décibels en France. Une "mine" (à défaut d'une carrière, cf Interview #4 : Ted vs Reuno (juil. 2009)) qui nous amène aujourd'hui à un 8ème album studio fidèle aux principes indécrottables du groupe : rage verbale et sonore, humilité et générosité. Depuis le début des années 2000, le quatuor avait déçu certains irréductibles de la première époque. Une décennie où la place de batteur a été en majeure partie occupée par Pierre Belleville (Artsonic, Destruction Incorporated). Parti vers d'autres horizons, il a donc laissé son siège à une autre génération, celle de Vincent, arrivé en 2009, avec laquelle Lofofora a su continuer son aventure que l'on espère la plus longue et heureuse possible. D'un autre style, plus lourd et orienté stoner, le batteur de Zoe amène tout son savoir-faire et cela s'entend indéniablement. Une cure de jouvence qui marque son empreinte (j'ai mal pour la peau de caisse-claire) sur ce Monstre ordinaire doté d'une production qui vous change la face d'un groupe. Enregistré en Suisse au Rec-Studio avec Serge Morattel, producteur entre autres de Knut, Impure Wilhelmina et Year Of No Light, les parisiens d'origine passent en mode "coup de pelle", pour faire un beau parallèle avec l'intrigante pochette signée du photographe Eric Canto, également auteur, entre autres, de celles de Failles de Mass Hysteria et d'Amazing grace de Bukowski. Pesant et cradingue, le son du nouveau Lofofora sied parfaitement avec ses compositions toujours axées autour du punk, du hardcore et du métal. A des années-lumière du trop propre, froid et "métallique" Mémoire de singes en terme de production, Monstre ordinaire remet les pendules à l'heure et permet au groupe de manier son art avec brio. Sur des riffs fougueux efficaces à la pelle (désolé) alliés à des frappes chirurgicales, Reuno montre toute sa belle verve dure, familière à tous ceux qui flirtent avec la musique du quatuor depuis pas mal de temps. Un Monstre ordinaire auquel on s'attache assez rapidement, un monstre qu'on a envie de chérir, si bien qu'on oserait presque le ranger parmi le meilleur album de Lofofora depuis Dur comme fer. Un nouveau lifting. Une nouvelle ère commencerait-t-elle ?

Lofofora / Chronique LP > Lofofora

Lofofora - Lofofora C'est évidemment "l'œuf" qui focalise toutes les attentions sur ce premier album de Lofofora, pourtant cet éponyme ne manque d'autres atouts à mettre en avant. Le groupe y développe une fusion vorace qui se nourrit autant d'influences métal, funk (cette basse très présente qui jalonne le disque), punk/hardcore ("Justice pour tous") ou d'autres ramifications plus étonnantes comme sur "No facho (dub spirit)3 avec son passage reggae/dub, voir même des velléités jazzy sur l'excellent "Subliminable". Au delà de cette capacité au métissage toujours réussi, c'est son frontman, Reuno qui concentre un élément important de l'identité de Lofofora : une voix puissante au timbre très grave et chaud capable d'assurer sur des lignes vocales conventionnelles comme sur un phrasé hip-hop. Une signature vocale dont la marge de progression est encore énorme et ne fera que s'améliorer au fur et à mesure de la carrière du quatuor. D'autant plus un atout qu'il cumule "le fond et la forme" puisqu'il est également un excellent manipulateur de mots comme pouvait l'être Bruce Lee avec son nunchaku : dextérité et précision chirurgicale sont au rendez-vous pour des textes souvent empreint d'un humour corrosif ("Elvis") et d'un sens critique aiguisé à la hache. Reuno, par le biais de son cactus hallucinogène de groupe, en profite pour distribuer quelques gifles verbales et il y en a pour tout le monde : l'extrême droite avec "No facho (dub spirit)", les forces de l'ordre un peu trop zélés avec "Les meutes" et les travers de la société américaine via "Nouveau monde".
Enfin, sur ce premier album, Lofofora cultive déjà un certain esprit de la "tribu musicale" qu'ils sauront conserver durant la suite de leur carrière en multipliant les collaborations fructueuses : ils reprennent ainsi le "Justice pour tous" des Moskokids avec qui ils ont partagé un lieu de répétition (L'hôpital éphémère), ils invitent également un Oneyed Jack à venir poser des scratches sur "Holiday in France" et des Dirty District à venir ajouter leur touche sur "Baise ta vie" et "Irie style". Conclusion : un premier effort déjà excellent qui a une place à part dans la discographie du groupe de par une connotation "fusion" qu'ils délaisseront par la suite pour une mixture métal/hardcore plus traditionnelle.

Lofofora / Chronique LP > Dur comme fer

Lofofora - Dur comme fer En 1999, à la sortie de Dur comme fer (le troisième album de Lofofora), Reuno et sa bande évoquaient des influences moins stéréotypées (Massive attack, Portishead, Kyuss et Queens of the Stone Age) dans les interviews et mine de rien, ce sera plutôt révélateur de la tournure qu'a pris cet album. Un disque ou les Lofofora s'essayent à des orientations artistiques qui vont contraster avec leur volonté d'antan de foudroyer l'auditeur avec une virulence musicale constante. Ils adoptent ici une démarche plus subtile et celle-ci s'illustrera à de nombreuses reprises au cours de cet album sans toutefois renier l'orientation musicale de Peuh ! ("Incarné") ni la fusion du premier album (le refrain ragga de "Serie B"). "Charisman" et "Dur comme fer" sont de bons exemples de ces tentatives d'emmener leur musique sur des territoires plus propices au développement d'atmosphères : une première partie tempérée mais à la tension palpable, une seconde phase ou Reuno orchestre la révolte des tympans avec son timbre de voix qui enflammerait la plus sage des compositions, une montée crescendo hargneuse qui atteint le paroxysme de la non-sérénité. Les Lofofora ne zappent pour autant leur coté direct et frontal mais là aussi, toujours avec cette volonté de nuancer le propos et d'apporter des variantes multiples sur la longueur de l'album : on passe ainsi de "Les gens" avec son texte acerbe et son riff bluesy à "5 milliards" qui tirent Reuno et ses Lofofora vers ce qu'ils sont capables de produire de plus extrême en matière de musique. Des textes aux préoccupations et thématiques diverses toujours excellemment bien tournés, des morceaux mi-metal mi-hardcore variés et des expérimentations réussies, c'est le menu de ce Dur comme fer où le groupe, au sommet de son art, excelle dans chaque cas de figure. D'autant plus, quand il s'agit de traiter d'un de leur passe-temps favori (la consommation de substances illicites avec "Weedo") ou de la clique de potes musiciens qui les entourent. ("P.M.G.B.O" avec Mouss de Mass Hysteria, Manu de LTNO, Fabe de Oneyed Jack et les Kabal). Un disque indispensable dans leur discographie.

Lofofora / Chronique LP > Peuh !

Lofofora - Peuh Le cap du deuxième album n'est jamais facile à franchir pour un groupe qui a rencontré un certain succès. C'est un peu le cas de Lofofora et de son premier album avec en guise de locomotive un single, "L'œuf", qui a même connu des passages fréquents sur des radios grandes ondes à une époque ou celles-ci osaient encore passer du rock, du vrai, pas de la soupe édulcorée au possible. Ce fameux cap, les Parisiens désormais exilés l'ont passé sans trop de souci : avec le torse bombé et une bonne dose de radicalisation d'une formule pas totalement métal, plus forcément fusion, mais désormais clairement dynamitée par des influences hardcore/punk.
Si Peuh ! est une réussite totale à mettre à l'actif du groupe, quelques morceaux arrivent à surnager dans cet océan qualitatif. Une atmosphère pesante, une grosse basse qui dialogue avec une batterie, un Reuno au ton grave qui expulse un cri puissant lors des leitmotiv jouissifs et enfin une guitare stridente qui vient renforcer ce climat plutôt tendu. "Amnes' history" est un bel exemple de ce que peut faire Lofofora lorsqu'ils s'essaient aux accalmies temporaires : c'est toujours le prétexte pour revenir encore plus revanchard et chargé en ondes négatives. "Bon à rien" ("rien à perdre !") en contient également des ondes négatives à revendre avec son format punk concis qui le rapproche indubitablement du déjà fameux "Justice pour tous" tandis que "Macho blues" se démarque avec son riff massif et son texte subversif ou Reuno se met dans la peau d'un autre. Il est rare qu'une reprise surpasse l'original, les Lofofora ont réussi ce challenge avec un des classiques des Béruriers Noirs : ils donnent une relecture terrible et un visage plus moderne à un morceau de qualité mais dont les arrangements pouvaient sembler désuets (la boite à rythmes très redondante surtout), c'est plus qu'il n'en faut pour redonner une seconde jeunesse et le statut de tuerie à "Vive le feu". Parce que les Lofofora ne sont pas que des brutes épaisses et qu'ils sont aussi des musiciens accomplis, ils nous offrent en guise de final une collaboration avec le groupe Ekova via un "Shiva skunk special ekova flavour" de 16 minutes de sonorités folkloriques qui célèbrent des senteurs psychotropes enivrantes: un cataplasme musical salutaire après les 12 fessés assenées par les Lofofora. Jamais un titre d'album n'aura mieux convenu. Peuh ! est à l'image de son titre onomatopéique : parfois fulgurant, souvent cinglant, toujours brutal. Mention excellent !

Lofofora / Chronique LP > Memoire de singes


Lofofora - Mémoire de singes Lofofora sort son combien, septième, sixième album ? Bref à force, on a perdu le compte. Et c'est bien le problème : comment se renouveller après tant d'albums ? Il faut quand même l'avouer, après Dur comme fer et Peuh!, Lofofora est un peu sur la pente descendante, d'accord il y a toujours des bons titres sur Le fond et la forme ou sur Les choses qui nous dérangent, mais sur Mémoire de singes le constat est légèrement différent.
Commençons par le plus superficiel, la pochette assez peu inspirée, après la brève sobriété des deux derniers albums, Lofofora sort les crayons et fait dans l'illustratif et le figuratif, vaguement inspiré par 1984 (pour les grands portraits et les caméras de sécurité) et La ferme des animaux (le cochon sous son casque) de Georges Orwell, enfin un artwork un peu moche quand même.
Un son qui claque, des titres incisifs, un chant qui n'a pas perdu de sa pêche, "Employé du mois" embraye et part pied au plancher délivrer ses décibels, le tempo est plutôt entrainant. "Torture" fait parti lui aussi des bons titres, musicalement intéressant, en collaboration avec King Ju de Stupeflip, la France qui se couche tard met le dawa sur ce titre, suffisamment pour que les autres oscillent de la tête. "Nous autres" sonne un peu comme dans une boîte, dommage car le groove était présent.
Finalement, ce Memoire de singes enchaîne des titres assez percutants comme l'éponyme "Mémoire de singes" qui déboulent à fond la caisse, ou "Nous autres"; pas de doute c'est du Lofofora dopé aux amphétamines, mais avec un son qui ne plaira pas à tout le monde. Laurenx Etxemendi (déjà à l'oeuvre pour le dernier Gojira) se retrouve derrière les manettes, et autant l'avouer, celà ne sied absolument pas au son Lofofora. "Nuit blanche" avec son chant bizarrement enregistré, "Tricolore", "Dernier jugement" des titres légèrement novateurs mais qui laissent l'auditeur sur sa faim. Fort heureusement, comme l'indique le dernier titre de cet album "Trop", Lofofora n'est pas près de s'arrêter, alors on les attendra sur scène pour l'heure de vérité.

Lofofora / Chronique LP > Les choses qui nous dérangent

Lofofora : Les choses qui nous dérangent Cinquième album studio pour Lofofora et une machinerie qui repart de plus belle, parce qu'il n'y a pas de raison qu'il n'en soit pas ainsi. Reuno fonce toujours dans le tas et remue assez justement Les choses qui nous dérangent, et il n'est pas le seul. Pillier du métal français, pulsar entre les galaxies métal et hardcore, les années ont laissé quelques rides sur Lofofora, sans pour autant leur retirer leur fougue et leur hargne, et c'est tant mieux, "Accélère" déboule à toute vitesse, guitares qui grincent, une basse toujours aussi prolixe, aux petites nuances assassines comme sur "Aveugle et sourd".
Reuno reste toujours la figure de proue de Lofofora, son charisme n'étant plus à faire, celui-ci usant les oxymores jusqu'à la moëlle sur "Humide song", distribuant les baffes à tout va sur "Rien au monde" ou l'éponyme "Les choses qui nous dérangent", écho du titre "Les gens" sur Dur comme fer et vomissant les aberrations modernes sur "Mondiale paranoïa".
Les riffs de guitares manquent un peu de pêche et d'originalité, on y retrouve les accents de l'album Le fond et la forme avec cependant des bonnes idées comme "Le pire", ou le très rock'n'roll "Mea culpa". Lofofora met des gants de velours sur "Humide song" ou plus particulièrement "L'éclipse", une voix rocailleuse, une basse mélodique, une guitare atmosphérique, mais n'oublie pas la main de fer sur "Rien au monde" ou "Mondiale paranoïa". "Humide song" glisse, ondule, s'échappe de l'étreinte qu'elle subit, se faufile entre les doigts, mais plante ses ongles sur un refrain aux paroles vitriolées, qui trouve un écho au-delà de leurs significations.
Sans l'ombre d'un doute Lofofora fait du Lofofora et reste sur ses rails, mais déplace une masse utile imposante, un Lofofora qui se laisse écouter avec coeur et avec son, moins coriace que Dur comme fer, plus varié que Le fond et la forme, avec des titres phares bien ficelés comme "Quelqu'un de bien", et toujours d'excellentes paroles, pas le meilleur album de leur carrière, mais pas le dernier.

Lofofora / Chronique LP > Le fond et la forme

lofofora : le fond et la forme Soi-disant, Lofofora se serait en quelque sorte assagi avec Le fond et la forme bien qu'à mon avis plusieurs coups de semonces nous sortent de la bulle magique où ils sont en train de nous entraîner... Pour le Fond c'est l'insatiable, l'infatigable Reuno sur un rythme qui se balance, lent, lourd et puissant, un groupe de métal aux envolées éthérées, on se retrouve transporté. Subtils passages sensuels qui rappellent les version soft du Double les guitares sont lancinantes, le groove toujours présent, on y croit Dur comme fer, car ça passe tout seul, et c'est juste pour la Forme. Paroles beaucoup moins noires que sur les autres albums, on assiste à un déferlement poétique, beaucoup plus intime, qui colle de près avec les mélodies. Intro tribale, voix franche, sans ambiguïté, "la folie des hommes chantent à l'unisson, passent dans les nuages de sombres images, comme la terre est ronde, comme l'eau est profonde, comme la route est longue…." ("Le fond et la forme"). Le mal est toujours le même, enraciné, mais cette fois il y a peut-être, un autre chemin que le fatalisme, cette lueur d'espoir qu'on ne connaissait pas encore chez Reuno "le 21eme siècle sera hardcore (…) y'a pas de haut pas de bas, tout dépend en quoi tu crois, les droits que tu t'octroies" ("Série Z"). Parfois la rythmique s'enhardit, la basse plus agressive, la voix lacère, déchire, les mots tranchent, intransigeant ("Social Killer", "Ici ou ailleurs", "Carapace"). Peut-être le meilleur titre de l'album, "Auto-pilote" est bien représentatif de Lofofora en 2003. "Il existe une autre loi que celle des hommes au regard gris, je me surprend à rêver, à décoller du sol ignorant les signaux, les appels qui m'ordonnent de redescendre" Une fois de plus la verve imagée de Reuno nous emmène dans son monde. Toujours aussi ravageur, le groupe joue cette fois la carte de la douceur et du charnel. On se laisse aller, divaguer, on s'élève tout doucement sur ces chansons qui rappellent au souvenir "les liquides de mon corps" ou "Visceral version hot" comme ici avec "Histoire naturelle" ou "Requiem pour moi même". Certains penseront que c'est un peu dommage d'ailleurs que certains titres soient si semblables, mais après tout, doit on toujours demander à un groupe de faire autre chose que ce qu'il sait faire de mieux ? Et doit-on se plaindre lorsque les compos nous restent inévitablement en tête ? Non, bien au contraire... surtout lorsque l'album évite la linéarité aussi facilement. Petite touche métissée avec "Comme à la guerre" et véritable délice musical. Les courroucés Lofo déversent leur rage avec des titres plus métal que jamais, "parfois je me demande quel futur pourri il doit nous attendre, sonnez l'alarme citoyens" ("Alarme citoyen") "tremblez mortels sur la terre comme au ciel !" ("Psaume"). C'est un peu ce qu'il risque d'arriver si Reuno persiste à gueuler ! Heureusement que les guitares sont là pour nous caresser comme sur "Bienvenue" , la voix et les paroles se font chaudes, paternelles, c'est une invitation à la continuité d'un rêve inachevé. Enfin "L'emprise" conclue en beauté cet album, tendrement querelleuse la compo alterne parties virulentes et instrumentales jouissives … "fais nous confiance" …
Les compos touchent nos points vitaux, (re)développent nos sens, et je ne parle même pas du titre instrumental caché (sinon il n'est plus caché). Lofofora va nous faire frôler l'extase avec Le fond et la forme à condition bien sur de ne pas avoir peur de s'envoler vers un autre monde...

Lofofora / Chronique LP > Double

lofofora : double Double, voilà comment se nomme simplement ce nouveau petit monstre de Lofofora. Un premier CD (noir) avec du live, du gros live même, qui regroupe presque tous les hits de Lofofora : "Les gens", "Holiday in France", "Amnes history", "Macho blues", "6 milliards" ... seul manque étrangement à l'appel "L'oeuf". Les 11 titres sont vrais, authentiques, on se sent dans un concert de Lofofora, avec la décontraction de Reuno, l'énormité du son, la puissance des riffs et des rythmes, les cris du public survolté... Tout est parfait sauf peut-être le fait que les titres aient été enregistrés sur différentes scènes, alors que les enchaînements sont soignés, on sait que ce n'est pas "un concert" de Lofo, mais plusieurs qui ont été découpés et remis ensemble, comme si Lofo ne pouvait pas assurer tout un concert du feu de Dieu (alors qu'ils en sont plus que capables !). Dommâge... De toute façon, ce n'est qu'un détail, tant ceux qui ont vécu un concert de Lofo se retrouvent dans ce live. Le second CD (blanc) est une autre perle... En studio, Lofofora s'attaque à des reprises, mais pas des covers de Sepultura, Slayer ou Helmet ! Des reprises de grands auteurs compositeurs francophones et de ... Lofofora... Et oui, ils ont repris, de manière plus calme, sous un autre angle que le "HardCore brut de décoffrage BING dans ta face", trois de leurs précédentes compos, à savoir un bandant "Viscéral", un "Les gens de maintenant" orientalisé et un groovy-ragga "Weedub". Si Lofo se calme pour se reprendre, ils se lâchent sur les morceaux des autres... OTH voit son "Quand on a que la haine" débuté par un gros riff bien gras et Reuno pose sa voix pour donner toute sa puissance au titre et aux paroles. Quant à Bashung et sa "Madame rêve", il doit tout simplement être émerveillé par une telle maîtrise, certes le titre d'origine est génial, mais la profondeur que lui donne Lofo avec cette guitare lacérant l'auditeur et la rythmique nous plombant l'esprit, c'est somptueux. Gainsbourg, passage obligé ? Le titre "La chanson du forçat" aurait pu être écrite par les Lofo, c'est certainement pour cela qu'ils l'ont choisi, la version est plus péchue (qui en doutait ?), plus hargneuse, plus rancunière... Enfin, car il faut bien que cela se termine (snif), c'est l'incommensurable Arno qui voit son hymne "Vive ma liberté" être speedé et explosé par Edgar, Phil, Farid et Reuno. Lofofora est un ton au-dessus de tout. Bravo.