metal Métal > Leïchi.K.O.Va

Biographie > Des litchis K.O, et quoi encore ?!

Originaire d'Alençon, Leïchi.K.O.Va existe depuis septembre 2002 (pour être précis) et évolue sous la forme de quatuor : un chanteur, un batteur, un bassiste/sampler et un guitariste/chanteur. Tout en privilégiant la scène comme terrain d'expression (en compagnie de Lofofora, Eths, Black Bomb A, Noïd…), le groupe participe à plusieurs compilations parmi lesquelles Into a Trash Hardcore Circle, Meltown project et plus récemment De l'ombre à la lumière. Le combo sort un maxi 5-titres en mai 2003 et c'est début avril dernier que Introspection, leur premier album, est distribué nationalement.

Leïchi.K.O.Va / Chronique LP > Introspection

Leïchi.K.O.Va : Introspection Leïchi.K.O.Va, voici un nom qui tournait depuis pas mal de temps sur le web, dans les fanzines et par le biais du bouche-à-oreille, surtout depuis la sortie de leur maxi, qui parait-il, était prometteur. Alors, même si je préfère éviter ce genre d'attitude, je ne peux vous cacher une certaine impatience lors la sortie de leur premier album.
Le temps passe et forcément, ledit objet débarque. Enfin nous allons savoir ce que nous réserve ce combo qui, il y a tout juste 3 ans, n'était encore pas formé. Alors, que se cache-t-il derrière l'artwork si classieux de cette Introspection ? Les Alençonnais feront-ils partis des incontournables de l'année ? Ma fois, il serait fort de café de dire que la déception est au rendez-vous mais je ne peux cacher un certain désappointement. L'album ne révèle pas de prodigieuses qualités d'écritures mais assure quand même quelques parties sur lesquelles headbanger cordialement et si le disque ne réinventera pas le style, il permettra quand même à ce qu'il se perpétue avec dignité.C'est donc en approche mitigée que le groupe déroule son pas de danse. A longueur de riffs terrassant, de breaks ponctuels et d'un chant (parfois irritant en anglais) puissamment exposé aux premières loges, Leïchi.K.O.Va délivre des messages sincères et quelques fois pertinents.Par contre, si il y a bien un point sur lequel Leïchi.K.O.Va peut mettre tout le monde d'accord, c'est celui de la production. En la confiant à Francis Caste (Aqme, Zuul Fx, Lazy, Es La Guerilla…), le groupe s'est donné les moyens de sonner lourd, carré et cogneur.
Bref, entre l' "Intro(spection)", osons les mots, franchement hors-sujet et l' "(Outro)spection" beaucoup plus réjouissante, le groupe assène son métal à tendances hardcore qui doit pas mal à Lofofora et à Black Bomb A. On y trouvera donc un "In my life" vite fait bien fait, un "Jamais" attirant de par son efficacité ou un infatigable "Goût amer" qui pourront satisfaire les amateurs du genre.
La rapide ascension du groupe (2 ans et demi entre la formation et le premier album, c'est relativement rapide) pourra jouer en faveur du groupe. Car si le groupe arrive à trouver une fibre plus personnelle et l'exploite correctement, l'histoire de Leïchi.K.O.Va risque de rester gravée dans les annales du métal hexagonal.