metal Métal > Lacuna Coil

Biographie > spirale vide

Lacuna Coil fait partie du paysage métal remarquable depuis le milieu des années 90 (ils s'appelaient alors Sleep of Right), ils ont pour eux deux atouts essentiels : Cristina et Milan. Et oui, être italien est plutôt une bonne chose, ça donne le change aux ricains et être bien installé dans son pays aide pour aller à la conquête de l'Europe... Leut autre atout, c'est Cristina, une chanteuse aux charmes multiples mais il nous faudra se contenter de sa voix (aux dernières rumeurs, elle sort avec James Root, guitariste de Slipknot/Stone Sour !), aujourd'hui, ce sont Andrea (chant), Maus et Chris (guitares), Marco (basse, samples) et Criz (batterie) encadrent Cristina. A ses débuts, le groupe joue sur le double chant féminin clair/masculin sombre à l'instar des premiers The Gathering, il enregistre un EP éponyme en 98 et fait sa première tournée européenne en compagne de Moonspell. S'en suivront plusieurs albums : In a reverie (1999), Unleashed memories (2001) et Comalies (2002). Les italiens mettent le monde à leurs pieds, participant à de nombreuses compilations (BO de films, jeux vidéos, ...) et à plusieurs grosses tournées dont le Ozzfest (2004 et 2006). Enregistré en février-mars 2005, leur quatrième album, Karmacode, sort le 31 mars 2006.

Lacuna Coil / Chronique LP > Karmacode

lacuna coil : karmacode Aprés s'être imposés auprès d'un large public, les Lacuna Coil étaient attendus au croisement : continuer tout droit ? Prendre la direction du mainstream Evanescence ? Ralentir les tempos style The Gathering ?
Les Italiens négocient finalement un léger virage vers plus de mélodies accrocheuses sans pour autant négliger leur lourd passif métal. Karmacode abrite quelques titres pas vraiment inspirés (soit trop mellow comme "Fragile", soit métalliquement corrects comme "Fragments of faith") ou qui laissent un arrière-goût particulier comme s'ils avaient voulu mettre trop de groove et de jolies mélodies ("To the edge"). Dans l'ensemble la beauté gothique et les ambiances malsaines, même lissées par la production, font de Karmacode un bon album, après le single "Our truth" et sa fin étrange, on attaque le coeur de l'opus et le double chant est alors utilisé à merveille, que ce soit sur le calme et acoustique "Within me" ou sur l'ennivrant "Devoted". L'interlude chanté "You create" est assez classe et sert de rampe de lancement à "What I see" dont la rythmique simple et ultra efficace amène un refrain accrocheur comme pas permis, un titre auquel il est difficile de résister... Dans la même veine on a un peu plus tard "In visible light" qui joue lui aussi sur les harmonies et la douceur pour nous charmer. Les deux derniers titres de la galette exigent qu'on parle un peu d'eux, "Without fear" étant, comme son titre ne l'indique pas, essentiellement chanté en italien, une langue qui sonne très bien... Le dernier n'est autre que le somptueux "Enjoy the silence" de Depeche Mode Lacuna Coilisé, la dynamique indéstructible du tube et la voix de Cristina procurant de jolis frissons.
En bonus, le CD offre une partie multimedia avec des photos, le clip (pas original pour deux lires) de "Our truth" et un petit film "An on the road movie" où l'on retrouve le groupe à travers le monde (enregistrement, voyage, dédicace, live, backstage, crevaison...). Une valeur ajoutée à l'objet CD, tout comme le livret et sa petite astuce...